•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

186 Bas-Laurentiens en attente d’une chirurgie depuis plus d’un an

Des chirurgiens autour d'une table d'opération.

Le CISSS précise que les patients qui attendent leur chirurgie depuis plus de 12 mois doivent subir des interventions non urgentes. Les chirurgies urgentes et oncologiques sont traitées rapidement. (Archives)

Photo : iStock

Plus de résidents du Bas-Saint-Laurent sont en attente d'une chirurgie depuis plus d'un an dans la région cette année que l'an dernier. Présentement, 186 patients attendent de subir une chirurgie depuis plus d'un an au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent, alors que 39 patients se trouvaient dans cette situation au même moment l'an dernier.

Lors de la rencontre de son conseil d'administration qui s'est déroulée mercredi après-midi, le Centre intégré de santé et de services sociaux a indiqué que l'allongement des listes d'attente dévoilait un impact réel de la pandémie de COVID-19 et du délestage sur ses activités.

Par contre, la présidente-directrice générale du Centre intégré de santé et de services sociaux, Isabelle Malo, a tenu à se faire rassurante en rappelant que les chirurgies urgentes et en oncologie ont toutes été menées à temps.

Elle a ajouté que le nombre de patients en attente d'une chirurgie depuis plus de 12 mois a diminué dans les derniers mois.

« Vous n'avez pas vu les données des dernières périodes, mais ce chiffre-là a diminué de façon importante au cours des dernières périodes. Donc, on est vraiment dans une courbe de rattrapage. »

— Une citation de  Isabelle Malo, présidente-directrice générale du CISSS du Bas-Saint-Laurent

Il faut savoir qu'avant le 13 mars 2020, ça n'existait plus, au Bas-Saint-Laurent, des personnes qui attendaient depuis plus d'un an, a également rappelé Mme Malo.

Isabelle Malo au centre de vaccination.

La présidente-directrice générale du CISSS du Bas-Saint-Laurent, Isabelle Malo (Archives)

Photo : Radio-Canada / Denis Leduc

Un peu plus de 650 patients sont en attente d'une chirurgie depuis plus de six mois au Bas-Saint-Laurent.

La direction du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) demandait mercredi aux établissements de Santé de prioriser dès maintenant les 19 000 patients qui attendent depuis plus d’un an.

La cible en matière d'hygiène des mains toujours non atteinte au Bas-Saint-Laurent

Le Centre intégré de santé et de services sociaux du Bas-Saint-Laurent n'atteint toujours pas l'objectif de 80 % de conformité aux critères établis en ce qui a trait à l'hygiène des mains.

Le taux de conformité en hygiène des mains se situe présentement à 66 % au Bas-Saint-Laurent.

Ces taux de conformité sont calculés à partir d'audits menés auprès de membres du personnel quatre fois par année.

Le lavage des mains prévient efficacement les maladies nosocomiales dans les hôpitaux.

Les employés du CISSS du Bas-Saint-Laurent ont atteint un taux de conformité de 66 % en hygiène des mains. La cible est de 80 % de conformité. (Archives)

Photo : Radio-Canada / CBC

La présidente-directrice générale du CISSS, Isabelle Malo, a expliqué que ces audits sont menés de manière très serrée.

On regarde vraiment est-ce que systématiquement les gens se lavent les mains au temps 1, c'est-à-dire, au moment d'intervenir. Au temps 2, pendant l'intervention, s'ils doivent changer de technique ou la nature de leur intervention clinique. Puis, au temps 3, c'est-à-dire une fois que l'intervention clinique est terminée et qu'ils doivent sortir, soit de la chambre du patient ou du résident. Donc, on fait des audits très très pointus, a-t-elle précisé.

« Quand on regarde les résultats, ça ne veut pas dire que les gens ne pratiquent pas l'hygiène des mains, mais ça veut dire que ce n'est pas totalement conforme en tout point. »

— Une citation de  Isabelle Malo, présidente-directrice générale du CISSS du Bas-Saint-Laurent

Isabelle Malo assure que la non-atteinte de l'objectif du Centre intégré de santé et de services sociaux en matière d'hygiène des mains n'a pas occasionné plus d'infections.

Il ne faut pas non plus être alarmistes sur cette question-là. Ça n'a pas occasionné plus d'infections ou plus de problématiques de santé au sein du Centre intégré de santé et de services sociaux. D'ailleurs, nos taux d'infections, de façon générale, des infections nosocomiales [contractées lors d'un séjour dans un établissement de santé comme un hôpital], sont très très bas au Bas-Saint-Laurent. Donc, je pense qu'il faut garder le cap sur l'amélioration des pratiques, a aussi soutenu Mme Malo.

En janvier 2020, le taux de conformité en matière de lavage des mains au Centre intégré de santé et de services sociaux du Bas-Saint-Laurent était de 64 %.

Un plan d'action a été adopté en 2018 par le Centre intégré de santé et de services sociaux pour améliorer ses performances au niveau de l'hygiène des mains.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !