•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sacré-Cœur à la recherche de nouveaux résidents

Une voiture roule sur une rue enneigée.

La Société de développement de Sacré-Coeur veut trouver des solutions pour attirer de nouveaux citoyens et ainsi ralentir la pénurie de main-d’œuvre.

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Radio-Canada

Le village de la Haute-Côte-Nord travaille à attirer de nouveaux résidents.

La baisse démographique observée sur la Côte-Nord n’épargne pas Sacré-Cœur, une petite municipalité de moins de 2000 habitants située à une quinzaine de kilomètres au nord de Tadoussac.

La Société de développement de Sacré-Cœur, en collaboration avec la Municipalité, veut mettre sur pied un comité de coordination avec des citoyens pour attirer de nouveaux résidents et ainsi ralentir la pénurie de main-d'œuvre.

La pénurie de main-d'œuvre a des impacts sur la vitalité économique du village, selon Lise Boulianne, la mairesse de Sacré-Cœur.

« On ne peut plus déjeuner à Sacré-Cœur dans un restaurant. Il n’y a plus personne qui peut nous offrir un déjeuner! »

— Une citation de  Lise Boulianne, mairesse de Sacré-Cœur

Mme Boulianne se désole quand elle constate que son village n’a plus l’allure qu’il avait autrefois.

C’est vraiment désolant de voir tous les services qui ont fui, qui ont quitté, qui ont fermé. Je pense que ça aussi c’est un défi [...], offrir des services à Sacré-Coeur.

Trois personnes sont assises à une longue table. Les personnes semblent d'adresser à un auditoire devant eux.

De gauche à droite: Marjorie Deschênes, directrice de la Société de développement de Sacré-Cœur; Serge Deschênes, président de la Société de développement de Sacré-Cœur, Lise Boulianne, mairesse de Sacré-Cœur

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

La population est vieillissante et de moins en moins de jeunes demeurent dans la municipalité, selon la directrice de la Société de développement de Sacré-Cœur, Marjorie Deschênes.

En 2011, à Sacré-Cœur, de la maternelle à la 6e année, l’école comptait 131 enfants, se rappelle-t-elle. En 2015, c’était 121, donc 10 de moins… En 2021, [il n’en restait que] 94, donc depuis les 5 dernières années on parle d’une perte de 22 %.

Un autre défi à surmonter avant d’accueillir de nouveaux citoyens demeure le manque de logements à Sacré-Cœur. La mairesse soutient qu’un nouveau quartier résidentiel devrait voir le jour d’ici les prochaines années.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !