•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Transport aérien régional : la FQM presse Québec d’agir

Un avion de Pascan Avion se pose aux Îles-de-la-Madeleine

Pascan Aviation atterrit dans 18 municipalités, mais souvent une seule fois par jour ce qui ne comble pas tous les besoins.

Photo : Radio-Canada / William Bastille-Denis

La Fédération québécoise des municipalités (FQM) signe une lettre ouverte pour demander à Québec de déposer son plan sur le transport aérien régional.

Le vice-président de la Fédération québécoise des municipalités et maire des Îles-de-la-Madeleine, Jonathan Lapierre, estime que Québec doit déposer son plan rapidement, et surtout, que ce plan prévoit la présence de plusieurs transporteurs régionaux.

La Fédération québécoise des municipalités remercie le ministre Bonnardel d'avoir créé le Groupe d’intervention sur les dessertes aériennes régionales (Groupe d’intervention sur les dessertes aériennes régionales) et avoir agi avec diligence lors des premiers mois de la pandémie afin de maintenir une desserte régionale minimale.

Il est toutefois temps de passer à de nouvelles mesures, estime Jonathan Lapierre. Au cours des six derniers mois, nous avons eu plusieurs rencontres avec le Cabinet du ministre, qui nous mentionnait qu’il y avait éminence d’une annonce, sans toutefois avoir une meilleure réponse.

Le budget provincial sera présenté au printemps, dans quelques mois, observe M. Lapierre. Il est d’autant plus important que déjà, le gouvernement envoie des signaux, envoie les orientations choisies pour relancer le transport aérien et surtout avec quels moyens, il compte arriver à ces fins.

Malgré l’apparition du variant Omicron qui fait craindre une recrudescence de la pandémie, le vice-président de la Fédération québécoise des municipalités constate que la reprise est de plus en plus manifeste.

La Fédération québécoise des municipalités demande à Québec d’implanter une solution qui répondra au contexte post-pandémique où les habitudes de déplacement sont en mutation. Travail à distance, consommation en ligne, déplacements limités, la pandémie a modifié les besoins de transport, fait valoir le maire des Îles dans une lettre parue dans le journal Le Soleil.

Pour une mise en place graduelle de solutions

Un avion de la compagnie aérienne Air Creebec.

Québec, selon le vice-président de la FQM, devrait aider des compagnies existantes comme Air Creebec.

Photo : Radio-Canada / Martine Laberge

Le porte-parole de la Fédération québécoise des municipalités y voit l’occasion pour Québec de mettre en place des solutions innovantes et pérennes. Québec, croit-il, devra éviter de créer une nouvelle situation monopolistique en favorisant un transporteur plutôt qu’un autre. Il met aussi en garde Québec de miser sur d’improbables modifications réglementaires.

Pour la Fédération québécoise des municipalités, le succès de la relance des services aériens régionaux repose en grande partie sur les transporteurs régionaux québécois existants qui, ensemble, présentent une grande capacité d’adaptation aux besoins ainsi que la souplesse opérationnelle requise.

On peut penser à Pascan Aviation, on peut penser à Air Creebec, Air Inuit qui sont bien implantés dans les communautés, illustre Jonathan Lapierre.

Jonathan Lapierre prône une reprise graduelle qui pourra s’ajuster selon les besoins. La clientèle, relève-t-il, est à rebâtir et le gouvernement devra aider à stimuler la demande.

Rassemblés à Québec, mercredi et jeudi, tous les préfets et préfètes de la province auront l’occasion de rencontrer le ministre des Transports dans le cadre de leur assemblée biannuelle.

De plus, jeudi et vendredi, la Fédération québécoise des municipalités tiendra son conseil d’administration où une quarantaine d’élus aborderont le sujet.

Avec la collaboration d'Élise Thivierge

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !