•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La communauté francophone de Windsor lance la semaine du Grand partage

Quatre personnes se tiennent debout devant les marmites avant le déjeuner du grand Partage

Des participants au déjeuner du Grand Partage au Carrefour francophone de Windsor

Photo : GABRIEL NIKUNDANA

Radio-Canada

Le Centre communautaire francophone de Windsor--Essex-Kent a lancé ce mercredi le Grand partage, sa campagne annuelle de collecte de denrées et de dons en argent. Cette cueillette est destinée à venir en aide aux personnes démunies durant le temps des Fêtes.

Les organisateurs ont choisi de commencer cette activité par un déjeuner offert aux différents partenaires présents lors du démarrage de la campagne.

Cela faisait deux ans que l'organisme n'avait pu proposer d'événements publics du genre en personne.

Nous sommes très heureux que ce soit la première activité publique qu'on peut offrir au carrefour communautaire, a déclaré le directeur général du Centre communautaire francophone de Windsor-Essex-Kent, Didier Marotte.

Didier Marotte, directeur général du Centre communautaire francophone de Windsor-Essex-Kent.

Didier Marotte, le directeur général du Centre communautaire francophone de Windsor-Essex-Kent

Photo : GABRIEL NIKUNDANA

Une communauté généreuse

Pour cette matinée de lancement, les participants ne sont pas venus les mains vides, signe que la campagne de cette année va connaître du succès, selon Valérie Hodgins, gérante des programmes subventionnés et communautaires du CCF-WEK.

Aujourd'hui, on a reçu une cinquantaine de denrées non périssables et quelques dons en argent. C’est un bon début , lance Mme Hodgins.

Valérie Hodgins, gérante des programmes subventionnés et communautaires du CCF-WEK devant l'ordinateur dans son bureau.

Valérie Hodgins, gérante des programmes subventionnés et communautaires du CCF-WEK

Photo : GABRIEL NIKUNDANA

La gérante de la résidence Richelieu de Windsor, Anna Larocque Burke, fait partie des participants présents au début de la campagne. Selon elle, la pandémie n'a pas freiné l'élan de solidarité dans les communautés. Elle l’a renforcé, au contraire.

De tout mal il ressort du bien. Je crois que la COVID-19 a permis aux gens de s'arrêter, de réfléchir sur ce qu'ils ont. Nous sommes beaucoup plus riches que nous le pensions. Nous avons beaucoup plus à donner. C'est un temps de générosité, croit-elle.

Les conseils scolaires francophones sont aussi partenaires de cette campagne et certaines écoles sont déjà à l'œuvre.

On fait des annonces dans les écoles tous les jours pour que les élèves apportent leurs denrées en cette occasion où on vient en aide aux gens les plus démunis. Nos écoles ont à cœur cette initiative, affirme Yasmine Joheir, agente de liaison communautaire du conseil scolaire Viamonde.

Une tradition de longue date

Selon Didier Marotte, la collecte de denrées alimentaires et de dons destinés aux familles les plus pauvres au sein des communautés est une tradition qui remonte à plusieurs décennies.

Il est persuadé que, même dans la situation actuelle, la récolte 2021 sera bonne.

Cette année, on espère au moins dépasser les résultats de l'année passée, indique Didier Marotte.

En 2019, la campagne a recueilli 57 936 denrées non périssables et 3205 $ provenant d'activités scolaires, de collectes de fonds, d'agences communautaires et d’individus très généreux de la communauté, souligne Valérie Hodgins.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !