•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Interventions musclées : le maire Marchand satisfait des enquêtes en cours

Bruno Marchand, maire de Québec

Bruno Marchand, maire de Québec

Photo : Radio-Canada

Le maire Bruno Marchand fait entièrement confiance au chef de police de Québec pour mener à terme les enquêtes sur deux arrestations musclées, filmées par des témoins, survenues la fin de semaine dernière dans la capitale.

Cinq policiers ont été suspendus pour leur implication dans les événements qui ont fait le tour des réseaux sociaux. Je pense que le cumul de ces vidéos-là qu'on a vus témoigne que le chef de police doit prendre ça au sérieux et c'est ce qu'il fait, a commenté le maire mercredi matin.

« Les images, on l'a dit, sont choquantes, sont troublantes, on n'a pas envie de voir ça, alors maintenant l'enquête suit son cours. »

— Une citation de  Bruno Marchand, maire de Québec
Deux agents tentent d'immobiliser un jeune homme au sol, devant un véhicule de police.

Les images diffusées sur les réseaux sociaux montrent un policier frapper à plus d'une reprise un jeune homme cloué au sol.

Photo : Instagram

Bruno Marchand est aussi préoccupé de voir que deux interpellations controversées ont eu lieu le même soir et que trois policiers étaient présents aux deux endroits. C'est définitivement une mauvaise soirée, quand on voit la somme de ce qui a pu se passer dans une même soirée, c'est très préoccupant.

Totalement confiance

Je fais totalement confiance au chef de police, a toutefois poursuivi le maire en ajoutant qu’il n’avait fait aucune pression pour que les policiers soient suspendus. Selon lui, la séparation des pouvoirs l’empêche de demander des enquêtes ou des suspensions Service de police de la Ville de Québec (SPVQ).

Pour moi, c'est un piège énorme parce que ça veut dire que le politique s'immisce dans le service de police et ça, après coup, ça peut créer un paquet de problèmes, explique le maire.

Bruno Marchand, maire de Québec

Le maire Bruno Marchand s’adresse aux médias

Photo : Radio-Canada

« Le jour où le maire se prend pour le chef de police en démocratie, on est dans le trouble. »

— Une citation de  Bruno Marchand, maire de Québec

Quant aux enquêtes commandées par la ministre Geneviève Guilbault au commissaire à la déontologie policière, Bruno Marchand juge que c’est une bonne chose. Il souhaite que l’ensemble des enquêtes en cours permettent de faire la lumière sur les événements et qu’en bout de piste, tout soit expliqué avec un maximum de transparence à la population.

Des échos à Ottawa

Les événements survenus à Québec ont eu des échos jusqu’à Ottawa, où le député libéral de Louis-Hébert, Joël Lightbound, a lui aussi été troublé par les images des interventions policières.

Quand on voit un policier pousser de la neige dans le visage de quelqu’un qui est déjà atterré, je pense que ça a de quoi choquer. Il estime que c’est au gouvernement du Québec de décider comment gérer la situation en précisant qu’il croit qu’il est mieux d’avoir des enquêtes externes sur ce genre d’incident.

S’il y a des problèmes systémiques, ou de culture, ça doit être analysé également, avance Joël Lightbound.

Du côté conservateur, le député de Louis-Saint-Laurent Gérard Deltell juge qu’il faut absolument aller au fond des choses et savoir quelle est la racine de ce problème-là.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !