•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des magasins « privés » de cannabis au N.-B. pour s’attaquer au marché noir

Une feuille de cannabis tenue par une main.

Cannabis NB se dit agacé par le commerce illégal dans la province depuis longtemps.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les Néo-Brunswickois auront bientôt accès à une plus grande gamme de points de vente pour acheter du cannabis. Le ministre des Finances, Ernies Steeves, propose de modifier la Loi sur la gestion du cannabis pour permettre la vente dans des magasins privés et directement chez des producteurs.

La province veut ainsi permettre à Cannabis NB de mieux concurrencer le marché noir, tout en étendant son modèle de vente.

Lorsqu’il a présenté son projet de loi, mardi, Ernies Steeves a expliqué que les nouveaux points de vente seront comme des mini magasins de Cannabis NB.

Ce ne sera qu’une version plus petite de ce que nous avons déjà, dit-il.

Ernie Steeves donne une conférence de presse.

Le ministre des Finances, Ernie Steeves

Photo : CBC/Mike Heenan

Il a aussi précisé que ces magasins auront pignon sur rue et qu’ils ne seraient pas rattachés à des dépanneurs ni à des stations-service.

Les vendeurs devront toutefois obtenir un permis et suivre la réglementation provinciale.

Jusqu’à maintenant, les petits producteurs de cannabis de la province doivent vendre leur récolte par l’intermédiaire de Cannabis NB ou d’autres détaillants autorisés ailleurs.

Cannabis et marché noir

Cannabis NB se dit agacée par le commerce illégal dans la province depuis longtemps.

Cette offre concurrente a d’ailleurs rendu difficiles les profits initiaux de la société lorsqu’elle s’est mise en marche.

Les produits vendus illégalement ne sont ni testés ni réglementés. Leur production n’est pas surveillée.

Par exemple, Ernies Steeves affirme que des tests récents sur une souche de cannabis vendu illégalement ont détecté des excréments de souris.

Des jujubes au cannabis vendus illégalement ont pour leur part montré un taux de THC moins élevé que ce qui était promis.

Au lieu de 15 milligrammes, il y en avait probablement sept ou huit, déclare Ernies Steeves.

Ce nouveau projet de loi permettrait entre autres aux consommateurs d’obtenir ce pour quoi il paye, sans mauvaise surprise.

Des changements bien accueillis par un producteur

La ferme de Cannabis Solargram Farms à Renauds Mills ne vend pas ses produits chez Cannabis NB.

Selon le président Marc LeBlanc, permettre l’ouverture de franchises de Cannabis NB et la vente par les producteurs est une étape de plus vers une meilleure accessibilité à des produits de qualité, en particulier dans les régions rurales.

C’est un bon pas de l’avant pour le futur de notre industrie et [pour] combattre le marché noir, dit-il.

Marc LeBlanc hésite néanmoins à ouvrir un point de vente : il commencera tout d’abord par analyser si cette aventure sera rentable.

Il croit toutefois que l’aspect touristique des fermes de cannabis pourrait inciter des producteurs de la province à se lancer dans la vente.

Le président de Solargram Farms, Marc LeBlanc.

Le président de Solargram Farms, Marc LeBlanc.

Photo : Radio-Canada

Des touristes originaires d’endroits où l’accès au cannabis est plus restreint pourraient souhaiter avoir accès à ces plantations, selon le propriétaire.

Je pense que ça serait probablement l’instinct du consommateur, de voir la ferme, de voir le produit non transformé, déclare Marc LeBlanc.

Il précise que le marché du cannabis légal au Canada est encore jeune, et qu’il évoluera encore dans les prochaines années.

Ce qui est tout à l’avantage des consommateurs, selon lui.

Si on leur donne plus d’opportunités de détails, plus de facilité d’aller chercher des produits, peut-être que là avec le temps, ça va améliorer tout, pour tout le monde, avance Marc LeBlanc.

Avec les informations de Marie Sutherland de CBC, de Sarah Déry et d’Alix Villeneuve

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre ICI Acadie

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Acadie.