•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une dizaine de CPE en grève générale illimitée sur la Côte-Nord

Des grévistes avec des drapeaux sur le coin d'une intersection.

Des employées de CPE en grève au centre-ville de Sept-Îles (archives).

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Radio-Canada

Les employés de six centres de la petite enfance (CPE) à Sept-Îles, quatre à Baie-Comeau et un à Fermont, affiliés à la CSN, sont en grève générale illimitée.

Les négociations achoppent au sujet de la rémunération des employés de soutien.

La présidente du syndicat des travailleuses en Centre de la petite enfance de Sept-Îles, Stéphanie Tanguay rapporte que les employés de la Côte-Nord veulent faire entendre leurs voix.

La présidente du Syndicat des travailleuses et des travailleurs des CPE de Sept-Îles.

Stéphanie Tanguay, présidente du Syndicat des travailleuses et des travailleurs des CPE de Sept-Îles.

Photo : Radio-Canada / Félix Lebel

« Les travailleuses sont motivées à faire entendre au gouvernement que nous ne laisserions pas tomber cette négociation. »

— Une citation de  Stéphanie Tanguay, présidente du syndicat des travailleuses en CPE de Sept-Îles

On sait que c’est compliqué pour les parents, on trouve ça dommage. On ne veut jamais que les parents payent le prix de nos revendications. On a vu une multitude de parents qui nous ont appuyés dans les derniers jours.

Nathalie Gagnon est éducatrice au CPE Sous le bon toit, à Sept-Îles. Selon elle, il va de soi que la lutte pour de meilleurs salaires à son lieu de travail ne cessera pas tant que tous les employés auront gagné leur part du lot.

Moi, quand j’ai un enfant qui est différent et qui n’est pas capable de s’habiller tout seul, est-ce que je vais lui dire: tu n’es pas capable, je vais t’attendre à la cour de récréation , demande-t-elle. Non! Je vais l’attendre, je vais l’aider, je vais lui montrer du soutien. Je fais la même affaire avec mon employée de soutien: je vais l’attendre, je vais l’aider, je vais lui montrer du soutien.

Elle précise que la solidarité qui lie les travailleuses des CPE n’est pas sur le point de s’effriter.

« Quand on sera prêtes, c’est parce qu’on sera tous prêtes!  »

— Une citation de  Nathalie Gagnon, éducatrice au CPE Sous le bon toit

Au Québec, ce sont 400 centres de la petite enfance touchés par cette grève d'environ 11 000 employés.

Au Québec, ce sont 400 centres de la petite enfance touchés par cette grève d'environ 11 000 employés.

Les syndicats et le gouvernement du Québec ont négocié toute la journée mardi sans parvenir à une entente. Autant le premier ministre François Legault que la CSN affirme que les offres gouvernementales pour les éducatrices, une hausse de salaire allant jusqu’à 20 % du salaire, sont satisfaisants.

Sur la Côte-Nord, le CPE Touchatouille de Port-Cartier affilié au syndicat des Métallos est aussi en grève depuis plus de sept semaines. Les employées du centre de la petite enfance revendiquent notamment une hausse de leur salaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !