•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les nombreux postes d’infirmières vacants dans le nord du Manitoba inquiètent

Le stéthoscope d'une infirmière en gros plan.

La région sanitaire du Nord a un taux de postes vacants en soins infirmiers de plus de 25 %. Dans certains hôpitaux, notamment à Gillam et à Lynn Lake, le taux de postes vacants est plus élevé.

Photo : Radio-Canada / Claude Vickery

Radio-Canada

Le Syndicat des infirmières et infirmiers du Manitoba tire la sonnette d’alarme alors que la pénurie d’infirmières qui sévit depuis longtemps dans le nord du Manitoba s’aggrave avec la pandémie de COVID-19.

La semaine dernière, le Syndicat des infirmières et infirmiers du Manitoba a diffusé sur les médias sociaux un message titré S.O.S. du nord.

Nous avons désespérément besoin d’aide à Lynn Lake, Gilliam et Snow Lake. Les gens se retrouveront sans aucun accès aux services de soins de santé si les infirmières ne sont pas en mesure de couvrir tous les quarts de travail, écrivait le Syndicat dans un message sur Twitter.

Selon l’Office régional de la santé du nord du Manitoba, 109 postes d’infirmières étaient disponibles dans cette région sanitaire en date du 1er novembre, soit un taux de postes vacants de 25,2 %.

L’Office régional de la santé de Winnipeg a signalé un taux d’emploi vacant infirmier de 17,3 % en octobre, tandis qu'il était de 21,2 % dans la région sanitaire de Santé Sud à la fin de septembre, selon les documents obtenus par le Nouveau Parti démocratique.

Le chef de la Nation crie de Fox Lake, Morris Beardy, partage les préoccupations soulevées par le Syndicat. Il s’inquiète pour les soins aux patients et pour la santé mentale des infirmières.

Les gens de sa communauté, située à environ 700 kilomètres au nord-est de Winnipeg, fréquentent l’hôpital de Gillam. Or, en date du 1er novembre, 7 des 13 postes d’infirmières à cet hôpital étaient vacants, selon l’Office régional de la santé du nord.

Non seulement l’hôpital de Gillam connaît une importante pénurie de personnel depuis de nombreux mois, mais les postes vacants et l’épuisement professionnel sont évidemment un problème en ce moment aussi, affirme Morris Beardy.

Des difficultés à Lynn Lake

Dans le nord-ouest du Manitoba, la ville de Lynn Lake et les communautés environnantes sont également confrontées à des problèmes similaires.

L’Office régional de la santé du nord affirme que 7 des 9 postes d’infirmières ne sont pas pourvus.

Les élus municipaux s’inquiètent que les incitatifs ne soient pas suffisants pour attirer les infirmières à Lynn Lake, d’autant plus qu’il y a des postes disponibles partout dans la province.

La COVID-19 a imposé un lourd fardeau à tous les hôpitaux. Maintenant, même le sud de la province envisage d’avoir recours à des infirmières d’agence pour combler leurs lacunes, déclare le maire de cette ville d’environ 600 habitants, Jim Shortt.

Malgré la prime reçue pour travailler dans le nord, la conseillère municipale Vicki Phillips estime que les sommes ne sont pas distribuées équitablement.

Les infirmières reçoivent la même prime, qu’elles travaillent à Flin Flon, The Pas, Thompson ou Lynn Lake. Les services offerts et les choses à faire à Thompson et Flin Flon sont complètement différents comparativement à Lynn Lake, alors pourquoi une infirmière choisirait-elle de venir ici?

Selon Jim Shortt, la récente annonce du gouvernement provincial concernant la formation de 20 nouvelles infirmières au Collège universitaire du Nord à Thompson n’est pas suffisante pour combler tous les besoins dans le nord du Manitoba.

L’Office régional de la santé du nord indique qu’il y a 50 postes d’infirmières vacants à Thompson.

Avec les informations de Meaghan Ketcheson

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !