•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

28 CPE en grève générale illimitée au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Des manifestant portent des pancartes avec l'inscription en grève.

750 travailleurs seront en grève à compter de mercredi matin.

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

750 employés de 28 centres de la petite enfance (CPE) du Saguenay-Lac-Saint-Jean affiliés à la Centrale des syndicats nationaux (CSN) participeront à compter de mercredi à un mouvement de grève illimitée.

Au Québec, ce sont environ 400 CPE qui demeureront fermés, forçant des milliers de parents à trouver des solutions de rechange. Dans la région, plusieurs d'entre eux avaient déjà été avisés de récupérer tous les effets personnels de leur enfant au cas où la grève générale serait déclenchée.

On sort présentement de la table de négociation, je suis encore au Ministère. Demain, il y aura négociation. On a convenu avec la partie patronale demain de se rencontrer. Pour moi, il y aura négociation jusqu’à tant qu’on règle la convention collective, a révélé Nathalie Duperré, présidente du Syndicat des travailleuses des centres de la petite enfance et des bureaux coordonnateurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean (FSSS-CSN).

Elle a fait ces commentaires lors de l’émission Place publique mardi en fin de journée.

Selon ce qu’a déclaré mardi le premier ministre du Québec, François Legault, les offres concernant les hausses de salaire, de l’ordre de jusqu'à 20 % pour les éducatrices, auraient été jugées satisfaisantes. C’est du côté des employés de soutien, qu’il y aurait loin d’une entente. Ces derniers se trouvent notamment au secrétariat, en cuisine ou encore à l’entretien ménager.

On travaille très fort pour y arriver, mais il va falloir que le gouvernement bouge de ses positions, a poursuivi Mme Duperré.

Comme il s’agit d’une grève générale illimitée, il n’y a aucune durée prévue. Ça veut dire que ça va durer le temps que ça va devoir durer, c’est le mandat que nos travailleuses nous ont confié à 92 %, a-t-elle conclu.

Dans la région, le vote de grève a été encore plus élevé, avec une proportion de 96,47 %.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !