•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La CSN déclenche une grève générale illimitée dans 400 CPE du Québec

Des syndiquées réunies en assemblée générale. L’une d’elles brandit un drapeau sur lequel apparaissent le logo de la CSN et les mots «En grève».

La CSN et le gouvernement du Québec ont négocié toute la journée mardi, sans parvenir à une entente.

Photo : Radio-Canada

Les parents d’enfants qui fréquentent 400 centres de la petite enfance (CPE) où les employés sont syndiqués à la Confédération des syndicats nationaux (CSN) doivent se trouver un plan B, car 11 000 employés sont en grève générale à partir de mercredi matin.

Les syndicats et le gouvernement du Québec ont négocié toute la journée mardi, sans parvenir à une entente.

Autant le premier ministre François Legault que la Confédération des syndicats nationaux affirment que les offres gouvernementales pour les éducatrices, une hausse de salaire allant jusqu’à 20 % du salaire, sont satisfaisantes. On est très près d'une entente sur les éducatrices en garderie. Là où il y a un problème, c'est concernant les employés de soutien. Là, la demande est disproportionnée par rapport à ce que nous on offre, a répété M. Legault mardi après-midi.

Plus de 92 % des employés en Centre de la petite enfance ont néanmoins voté pour la grève générale illimitée pour appuyer leurs collègues au secrétariat, en cuisine, à l’entretien ménager et tous les autres corps de métier nécessaires au bon fonctionnement des Centre de la petite enfance. Dans leur cas, la présidente du syndicat pour les régions de Québec et Chaudière-Appalaches rappelle que les hausses salariales offertes par le gouvernement sont moins généreuses que pour les éducatrices.

Mélanie Pelletier accorde une entrevue à Radio-Canada dans une salle à l’intérieur de laquelle sont réunies des travailleuses de CPE.

Mélanie Pelletier est présidente du syndicat des travailleurs et travailleuses en CPE de Québec–Chaudière-Appalaches.

Photo : Radio-Canada

« Les éducatrices, c'est 85 % des travailleurs dans un Centre de la petite enfance, et elles ont voté massivement pour dire : "c'est pas vrai, on a besoin d'eux et on sait ce qu'il va se passer; ils vont quitter." »

— Une citation de  Mélanie Pelletier, présidente du syndicat des travailleurs et travailleuses en CPE de Québec-Chaudière-Appalaches CSN

Loi spéciale

Mélanie Pelletier met en garde le gouvernement, qui pourrait être tenté de voter une loi spéciale pour mettre fin au conflit si les négociations tardent à aboutir.

Elle s’attend à un exode des travailleurs en Centre de la petite enfance si le gouvernement opte pour enfoncer un règlement dans la gorge des employés. Pour les parents, c'est pas juste quelques jours, quelques semaines que le Centre de la petite enfance va être fermé; ça va être à long terme.

Les employés en Centre de la petite enfance affiliés à la Centrale syndicale du Québec se sont eux aussi dotés d’un mandat de grève générale illimitée. Aucune date de débrayage n’a encore été annoncée de leur côté.

Quels Centre de la petite enfance sont en grève?

Ci-dessous, vous trouvez la liste complète des Centre de la petite enfance affiliés à la Confédération des syndicats nationaux qui doivent tomber en grève mercredi matin. Ils sont classés d’abord par ville, puis en ordre alphabétique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !