•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Colombie-Britannique confirme une première infection au variant Omicron

Des pilotes et un passager marchent à l'aéroport de Vancouver.

Les personnes placées en isolement avaient toutes voyagé dans des endroits touchés par le variant Omicron.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

La Colombie-Britannique a confirmé mardi un premier cas d'infection au variant Omicron du SRAS-CoV-2, dans la régie de santé du Fraser. La personne s'était récemment rendue au Nigeria.

Les autorités provinciales de la santé suivent également l'état de santé de 204 autres personnes qui ont récemment visité des zones touchées par ce variant. Ces personnes sont toutes isolées et effectuent des tests test d'amplification en chaîne par polymérase, a expliqué la Dre Bonnie Henry.

Je suis convaincue qu'il n'y a pas encore de transmission généralisée de ce variant en Colombie-Britannique, a dit cette dernière. Elle a expliqué que ce variant rappelle l'existence d'une tempête mondiale et que l’accès équitable aux vaccins est important.

« Il y a beaucoup de choses que nous ne savons pas encore sur le variant Omicron. »

— Une citation de  Bonnie Henry, médecin-hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique

Bonnie Henry a expliqué que le variant est surveillé attentivement par le Canada et la Colombie-Britannique et que des études épidémiologiques seront nécessaires pour mieux comprendre ses effets sur les malades dans les prochaines semaines. Il reste à déterminer s’il va surpasser le variant Delta, a-t-elle ajouté.

Le séquençage de tous les échantillons de tests dans la province se poursuit, a expliqué la Dre Bonnie Henry, en ajoutant que le virus ne peut pas être arrêté, mais qu’il peut être ralenti. Si on est vacciné, cela diminue le risque. La Dre Henry a rappelé l’importance d'être vacciné, de se laver les mains, de se limiter à des rencontres en petits groupes, de préférer les rassemblements à l'extérieur et de rester à la maison si on est malade.

Nous ne sommes pas encore sortis de cette pandémie, a rappelé Bonnie Henry. Pour les fêtes de fin d’année, il est conseillé de rester en famille, en comité restreint, et de s'enquérir auprès de ses invités de leur statut vaccinal.

La vaccination des enfants a débuté lundi

En ce qui concerne le vaccin pédiatrique pour les enfants âgés de 5 à 12 ans, la médecin hygiéniste en chef a expliqué que les inondations avaient compromis les livraisons dans la province et évoqué l’effort herculéen nécessaire pour acheminer les vaccins dans les endroits éloignés du territoire.

Elle a encouragé les parents à se renseigner sur ces vaccins pédiatriques, qui ne sont pas offerts pour l’instant dans les pharmacies. En tout, 114 106 enfants sont inscrits pour recevoir leur vaccin , a dit le ministre de la Santé, Adrian Dix.

La Dre Henry a également appelé les professionnels de la santé retraités, qui pourraient contribuer bénévolement à la vaccination, à se manifester à nouveau. Nous pourrions vraiment utiliser leur soutien.

Changements pour les services religieux

La Dre Henry aussi annoncé que les personnes assistant à des services religieux, notamment les chorales, doivent porter un masque pendant les services. La capacité doit également être limitée à 50 %, sauf si tout le monde est vacciné. Les mesures supplémentaires qui concernaient spécifiquement la région de l'Intérieur sont supprimées à compter de mardi soir.

Dans la régie de santé du nord, les mesures spécifiques ont désormais une date de fin, soit le 31 janvier 2022. Parmi ces mesures figurent la non-réouverture des bars et des discothèques, et la fin de la consommation d'alcool dans les restaurants après 22 h. L'assistance à un service religieux est toujours interdit, et les rassemblements sociaux doivent se limiter à 10 personnes à l'intérieur.

Adrian Dix a précisé que 144 patients du nord, dont 113 personnes atteintes de la COVID-19, ont été transférés par avion pour être traités en dehors de cette régie de santé.

Enfin, le ministre de la Santé s’est réjoui que la grande majorité des employés des services publics soient complètement vaccinés, soit dans une proportion de 97 %.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !