•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le District de la vallée du Fraser lance un appel à l’aide urgent

Des débris jonchent une route Britannique, le jeudi 25 novembre inondée d'Abbotsford, en Colombie-Britannique, le jeudi 25 novembre 2021.

Des débris jonchent une route inondée d'Abbotsford, en Colombie=Britannique, en 2021.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Le District régional de la vallée du Fraser (FVRD) demande de l’assistance immédiate à la Colombie-Britannique et au gouvernement du Canada parce que certaines de ses infrastructures sont « sur le point de lâcher » à cause des inondations.

Une troisième tempête consécutive frappe la province au moment où des municipalités du sud de la Colombie-Britannique se remettent à peine de deux premiers épisodes de pluies intenses.

Le District régional de la vallée du Fraser couvre un territoire de 14 000 km carrés, sur lequel des résidents de villes comme Abbotsford, Agassiz et Hope ont subi les conséquences catastrophiques des inondations et des glissements de terrain ces dernières semaines.

Le président du district régional, Jason Lum, suit de près l’évolution de la météo et affirme que la situation est critique dans la région.

« On a besoin d’aide aujourd'hui : pas demain ni dans les prochains jours. »

— Une citation de  Jason Lum, président, District régional de la vallée du Fraser

Près de Chilliwack, à une centaine de kilomètres de Vancouver, la digue de Wilson Road est sur le point de lâcher, 12 systèmes d’acheminement de l’eau et trois systèmes de traitement des eaux souffrant de dommages catastrophiques dans la région de la vallée du Fraser.

Des bulldozers qui oeuvrent à réparer la digue Sumas, à Abbotsford, après des inondations.

Des équipes effectuent des réparations à la digue Sumas, à Abbotsford, en Colombie-Britannique.

Photo : offert par : ville d'Abbotsford

Retards aux conséquences désastreuses 

Ces dernières semaines, le district régional affirme avoir fait plus de 50 demandes d'aide au Bureau de gestion des urgences de la Colombie-Britannique, qui ont été refusées ou dont l’approbation a trop tardé, selon Jason Lum.

Une requête de 1,5 million de dollars pour consolider la route Othello, près de Hope, a été effectuée le 24 novembre, par exemple. Elle a mis cinq jours à être validée, affirme le président du district régional.

On a reçu une approbation verbale pour sauver la route Othello hier soir, mais d’ici là, elle avait disparu, et les maisons aussi, déplore-t-il.

Jason Lum n’a pas pu confirmer le nombre de maisons perdues dans cet incident, mais au moins deux résidences auraient été emportées par les eaux.

Le District régional surveille 57 incidents différents à l’échelle de la région, et la situation évolue de minute en minute, dit-il. 

Je reçois des appels de résidents, pas seulement dans cette zone, mais partout dans le district de ceux qui ont perdu leur maison, leur gagne-pain, et cela me brise le cœur. Quand on fait ces demandes, c’est parce qu’on pense qu’elles sont nécessaires et que l’on a besoin des fonds sans attendre.

Ces délais sont d’autant plus frustrants que la province a réagi rapidement pour transférer des fonds aux districts régionaux pendant la pandémie, souligne Jason Lum. Je ne vois pas de grande différence entre ces événements.

Aucune demande effectuée, répond la province

Interrogé en conférence de presse mardi matin, le ministre de la Sécurité publique, Mike Farnworth, a rétorqué qu’il n’y avait aucun retard dans le traitement de ces demandes.

Le ministre de la Sécurité publique, Mike Farnworth, debout devant des microphones lors d'une mise à jour des inondations en Colombie-Britannique, le 28 novembre 2021.

Le ministre de la Sécurité publique, Mike Farnworth, lors d'une mise à jour des inondations en Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada

Il n’y a aucune demande de fonds pour des réparations urgentes pour prévenir les inondations, a-t-il affirmé.

Je trouve cela troublant qu’aucune de nos demandes urgentes ne se soit retrouvée sur le bureau du ministre, mais je ne peux pas donner mon opinion sur la raison pour laquelle il n’y a pas eu accès, affirme de son côté Jason Plumb.

Plus tard en soirée, Mike Farnworth a indiqué dans une déclaration que les autorités locales peuvent prendre des actions d'elles-mêmes pour protéger leurs communautés et les infrastructures essentielles sans attendre l’approbation de la province.

Il est cependant conseillé aux autorités locales d’obtenir une autorisation pour vérifier quelle partie des coûts sera admissible à l’aide financière provinciale, surtout dans le cas de coûts importants, est-il ajouté. 

Le Bureau de gestion des urgences a communiqué avec le district et son président directement pour s’assurer qu’ils ont le soutien nécessaire, poursuit Mike Farnworth.

Nous sommes engagés à donner les outils nécessaires aux gouvernements locaux pour réduire les risques des inondations et garder la population en sécurité, assure-t-il.

Réponse du président du FVRD

En fin de soirée, le président du District régional de la vallée du Fraser, Jason Lum, a répondu au ministre de la Sécurité publique dans une déclaration écrite.

Nous prenons la mesure de la déclaration du ministre Farnworth, mais, avec respect, écrit-il, nous soulignons que les exigences de la loi sur les gouvernements régionaux limitent les dépenses des districts régionaux aux zones desservies et que ceux-ci n'ont pas d'allocation de dépenses discrétionnaire pour les situations d'urgences dans les zones non desservies de leur territoire.

Il ajoute que les infrastructures du chemin Othello dans la zone électorale B ne sont pas situées dans une zone désservie et que le FVRD n'a aucun budget pour faire face aux défis qui s'y présentent et que c'est donc à la province de fournir le financement nécessaire.

Pour ce qui est de la digue du chemin Wilson dans la zone électorale E, Jason Lum souligne que la province a refusé de donner le financement demandé pour faire les réparations d'urgence nécessaires. Des maisons sont menacées, ajoute le président du FVRD.

« En effectuant les travaux sans l'autorisation de la province, prenant ainsi le risque que les demandes de remboursement soient refusées viendrait tourner le couteau dans la plaie pour les habitants du secteur qui ont déjà perdu leur maison et qui devraient ensuite faire face à une augmentation de leurs impôts fonciers pour payer la facture. »

— Une citation de  Jason Lum, président, FVRD

Des représentants du ministère ont communiqué avec nous et nous avons partagé des solutions avec eux, ajoute M. Lum. Notre objectif est et a toujours été d'obtenir du soutien opportun pour nos résidents qui ont actuellement désespérément besoin d'aide. Nous demandons à la province qu'elle se fie aux autorités locales et à leur évaluation de l'urgence de la situation, ainsi qu'à leur habileté à gérer cette situation d'urgence de façon responsable.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !