•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le mois de transport gratuit commence mercredi chez OC Transpo

L'un des guichets de recharge des cartes d'OC Transpo.

Jusqu'au 31 décembre, il sera possible de voyager gratuitement à bord des autobus et du train léger d'OC Transpo, à Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Poudrier

Radio-Canada

Dès mercredi, les usagers d'OC Transpo pourront profiter d'un mois de transport gratuit. Cette mesure a été mise en place conjointement avec la Ville pour s'excuser des récents problèmes du train léger.

Ce mois de transport gratuit est en quelque sorte une façon pour la Ville d'Ottawa et OC Transpo de s'excuser pour la gêne occasionnée par le déraillement de septembre dernier qui a forcé la mise au rancart du train pendant plus d'un mois.

Tous les usagers pourront profiter de la gratuité des services d'OC Transpo, même les détenteurs d'une passe de la Société de transport de l'Outaouais.

Renée Amilcar, la directrice générale d'OC Transpo, soutient que cette mesure a aussi été mise en place pour remercier les usagers de leur patience et pour en attirer davantage.

« J'espère surtout qu’ils vont avoir la piqûre, qu’ils vont rester avec nous et qu’ils vont revenir de mois en mois. »

— Une citation de  Renée Amilcar, directrice générale d'OC  Transpo

Les problèmes ont été nombreux depuis le lancement du train léger à l'automne 2019, mais ce sont les deux déraillements en un peu plus d'un mois, à la fin de l'été, qui ont convaincu la Ville d'Ottawa d'offrir ce mois gratuit.

Renée Amilcar dehors.

Renée Amilcar est la directrice générale d'OC Transpo.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Poudrier

Tout semble cependant être rentré dans l'ordre. Mardi, les 11 trains d'OC Transpo étaient en service.

Angie Baker, une étudiante qui se déplace grâce au train léger croit que cette mesure est suffisante. J'achète la passe normalement pour le mois au complet, alors ça me sauve de l'argent , fait-elle valoir en entrevue.

Mais cette opinion n'est pas partagée par tous les usagers rencontrés. Un mois, ce n'est pas suffisant parce qu'il y a beaucoup de gens qui ont perdu leur emploi [pendant la pandémie], souligne l'un d'eux.

C'est aussi l'avis de Laura Shantz, membre du Groupe des usagers de transport en commun d'Ottawa, qui estime que décembre est un mauvais choix.

Une femme pose devant une station de bus.

Laura Shantz, membre du Groupe des usagers de transport en commun d'Ottawa

Photo : Radio-Canada / Jean-François Poudrier

Je suis un peu critique, exprime-t-elle. Nous savons bien que le mois de décembre est le mois avec le plus bas taux de fréquentation de l’année.

Cette dernière estime qu'il aurait été préférable d'offrir la gratuité en janvier, comme le propose Catherine McKenney, qui représente le quartier Somerset au conseil municipal.

« Je pense que janvier aurait été mieux, les gens retournent au travail. »

— Une citation de  Catherine McKenney, élu municipal, quartier Somerset

Bien que la gratuité soit intéressante, Catherine McKenney aurait préféré un gel des tarifs sur une longue période.

On ne peut pas demander à nos usagers de payer une part de plus en plus grande des coûts, ils arrêteront de le prendre, ils ne pourront plus se le permettre.

Une motion sera présentée à cet effet lors des discussions sur le budget, la semaine prochaine.

Avec les informations de Jean-François Poudrier et de Frederic Pepin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !