•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La police de Toronto suspend 205 employés non vaccinés

L'épaule d'un agent de la police de Toronto.

Près de 98 % des 7415 employés sont doublement vaccinés, selon la police de Toronto. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Evan Mitsui

Radio-Canada

Le Service de police de Toronto (SPT) annonce mardi que 205 de ses membres ont été placés en congé sans solde pour avoir refusé de se plier à sa politique de vaccination obligatoire contre la COVID-19.

Il s’agit de 2,7 % des effectifs, explique le Service de police de Toronto dans un communiqué de presse. Les employés avaient jusqu’au 30 novembre pour se faire vacciner.

Je tiens à assurer le public que le Service fait sa part pour protéger les communautés que nous servons et je remercie nos membres qui sont vaccinés, déclare le chef de la police torontoise, James Ramer.

La vaccination obligatoire protège la santé et la sécurité des membres du Service, ainsi que des membres du public avec lesquels ils interagissent régulièrement, continue le communiqué.

117 agents en uniforme se retrouvent donc en congé sans solde.

Dans un communiqué émis en après-midi mardi, l'Association des policiers de Toronto (APT) a déclaré : Notre devoir de représentation équitable signifie que l'Association des policiers de Toronto défendra tous nos membres, y compris ceux qui ont pris la décision de ne pas divulguer [leur statut vaccinal] ou de ne pas se faire vacciner. Pour ces membres, nous continuons de préconiser d'autres options de conformité, y compris des tests, qui ont déjà été adoptées par de nombreux autres services de police en Ontario et au Canada.

Les employés placés en congé pourront retourner au travail dès lors qu’ils seront complètement vaccinés et qu’ils en présentent la preuve.

Des politiques différentes selon les services de police

John Sewell, coordinateur de la Coalition torontoise sur la responsabilisation de la police, estime que la politique mise en place par la police de Toronto est pertinente.

La police a affaire à toutes sortes de gens tout le temps et je ne pense pas que vous aimeriez être dans la position où vous avez affaire à un officier qui n'est pas complètement vacciné, dit-il.

Selon lui, il est important que des agents qui travaillent en étroite proximité avec le public soient complètement vaccinés.

Des policiers parlent à des manifestants.

Les employés municipaux, de la police et ceux des transports publics sont soumis à différentes politiques de vaccination obligatoire à Toronto. Selon le maire John Tory, il s'agit de « s'assurer que les gens sont en sécurité au travail et dans leurs interactions avec le public ».

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

La police de Windsor a adopté et appliqué une politique similaire à celle de Toronto, mais les mesures varient toutefois d’une région à l’autre. La police de Peel permet ainsi à ses agents de fournir un résultat négatif de test antigénique sur une base régulière plutôt que de divulguer leur statut vaccinal.

Pour l'heure, 88 % des employés de la police de Peel sont entièrement vaccinés.

Tom Stamatakis, président de l’Association canadienne des policiers, regrette que les politiques mises en place par les services de police ne soient pas uniformisées.

C'est un peu frustrant que l'approche soit différente d'une juridiction à l'autre, juge-t-il.

M. Stamatakis privilégie une approche qui n’ait pas de conséquences disciplinaires.

Avec les informations de Thilelli Chouikrat, et CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !