•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nombre de sans-abri en augmentation dans Windsor-Essex

Facade de l'organisme Street Help de Windsor.

La pandémie pousse des personnes qui ne sollicitaient pas des centres d'aide à le faire.

Photo : Elvis Nouemsi Njiké

Radio-Canada

Windsor-Essex connaît une augmentation significative du nombre de sans-abri depuis au moins six mois. Selon le dernier rapport sur les itinérants, il y a eu une augmentation de 27 % du nombre de personnes sans abri dans la ville de Windsor par rapport à 2018.

C'est juste triste. Une statistique triste, triste à regarder, a déclaré Marina Clemens, présidente du Comité consultatif sur le logement et l'itinérance de Windsor.

Le rapport est intitulé Homelessness Point in Time Count 2021 [Décompte ponctuel du sans-abrisme 2021, traduction libre] et est basé sur un décompte ponctuel effectué sur une période de 24 heures en mars. Celui-ci détaille une augmentation significative du sans-abrisme.

Dans le rapport, le personnel de la Ville recommande au conseil municipal de faire pression sur les différents ordres de gouvernement pour qu'ils reconnaissent l'itinérance comme une crise. Il leur conseille également de dépenser plus d'argent pour les programmes de logement et d'itinérance en plus des services de santé mentale et de toxicomanie, lit-on dans le rapport.

Une surreprésentation des Autochtones

Selon le rapport, qui cite les données du recensement de 2016, les Autochtones représentent 1,4 % de la population de Windsor Or, 22 % des sans-abri interrogés par les auteurs du rapport de 2021 s'identifient comme Autochtones.

Le directeur exécutif de Can-Am Urban Native Homes, Eric Hill, est responsable d’une centaine de propriétés abordables pour les Autochtones à Windsor. Il affirme que la liste d'attente pour obtenir un de ces logements compte des dizaines de noms.

Selon lui, les Autochtones sont méfiants vis-à-vis les services de refuges officiels.

Le professeur à l'école de psychologie de l'Université d’Ottawa, Tim Aubry, abonde dans le même sens.

Il y a plus [d'Autochtones] dans la rue que dans les refuges parce qu’ils se méfient des services. Il y a un manque d'accueil pour les Autochtones. C'est un phénomène qu'on voit dans d'autres villes au Canada, affirme-t-il.

Statistiques sur le sans-abrisme à Windsor-Essex

  • 63 % des adultes affirment être aux prises avec des problèmes de santé mentale.
  • Trois adultes sur quatre ont été sans abri pendant six mois ou plus au cours des 12 derniers mois.
  • La durée moyenne de l'itinérance est de près de 300 jours.
  • 50 % des femmes sans-abri ont déclaré avoir été victimes de violence.

Source : Homelessness Point in Time Count 2021 de Windsor-Essex

Un adulte sur 10 a déclaré que la COVID-19 est à l'origine de son problème d'itinérance.

Le rapport Homelessness Point in Time Count 2021 doit être déposé mercredi au comité sur les parcs et les services communautaires de la Ville.

Avec des informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !