•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Vieux-Noranda accueille une troisième galerie d’art

Trois tableaux accrochés sur un mur.

Des œuvres de Martine Cournoyer exposées à la galerie.

Photo : Radio-Canada / Alexia Martel-Desjardins

Le quartier du Vieux-Noranda, lieu de prédilection de plusieurs festivals et d’attraits culturels à Rouyn-Noranda, voit une troisième galerie d’art ouvrir ses portes, la galerie Au 123.

Les trois femmes à l’origine de ce lieu de diffusion artistique, Céline J. Dallaire, Martine Cournoyer et Isabelle Roby, ont pour mission d’en faire un endroit d’échanges et de rencontres.

L’emplacement de la galerie est lié à cet objectif, selon l'artiste Céline J. Dallaire.

Quand on ouvre un commerce, c’est une des règles numéro 1 : aller se planter là où il le faut. Le lieu culturel à Rouyn-Noranda, c’est le Vieux-Noranda. Il n’y avait pas d’autre place où on voulait aller, affirme-t-elle.

Les trois artistes posent dans leur galerie d'art.

Céline J. Dallaire, Martine Cournoyer et Isabelle Roby sont derrière Au 123.

Photo : Radio-Canada / Alexia Martel-Desjardins

Le conseiller municipal du district Noranda, Réal Beauchamp, voit la galerie Au 123 comme un attrait de plus pour le quartier, qu'il travaille à revitaliser depuis plusieurs années.

Au-delà des festivals, qui sont des événements éphémères, des moments très précis dans le temps, ponctuels, on aimerait bien réussir à avoir une vitalité qui est constante, régulière. Ça, c’est un exemple, cette chose-ci [la galerie d’art]. Je pense que les diffuseurs qui sont installés dans le quartier peuvent faire beaucoup sur ce plan-là.

Les trois fondatrices veulent d'ailleurs exposer des artistes de l'extérieur de la région afin de faire rayonner la galerie au-delà de Rouyn-Noranda.

On s’est dit que ce serait peut-être intéressant de faire venir de l’art de loin, hors région, peut-être hors province, peut-être hors pays. Et de voir aussi à quel point ça peut nous mener à diffuser notre travail aussi loin que celui que l’on va recevoir, indique-t-elle.

Malgré la présence dans le quartier de plusieurs salles de spectacles, de galeries et autres lieux artistiques, Réal Beauchamp estime tout de même qu’il y a place à d’autres initiatives du genre.

Compte tenu qu’on a autant d’artistes en arts visuels, pas juste à Rouyn-Noranda, mais partout en Abitibi-Témiscamingue, il y a un intérêt qui pour moi est clair. Trois galeries ou trois centres d'exposition, ce n’est pas la fin du monde en soi. Il y a une clientèle pour ça. Il y a aussi des touristes qui viennent ici et qui ont une curiosité pour voir l’offre régionale ou l’offre locale, fait-il valoir.

Réal Beauchamp pose dans une galerie d'art.

Réal Beauchamp, conseiller municipal du district Noranda

Photo : Radio-Canada / Alexia Martel-Desjardins

Les trois artistes prévoient aussi planifier des événements comme des conférences afin de favoriser le partage d’idées entre artistes, citoyens et touristes.

On veut rencontrer les gens, les passants, les touristes, rencontrer des acheteurs, des collectionneurs. C’est aussi pour discuter d’art et faire vivre l’art. Et on trouve qu’on est bien chanceuses d’être ici, dans le Vieux-Noranda, où c’est déjà très riche en termes de milieu culturel, a souligné Martine Cournoyer.

Le vernissage de l’exposition À la rencontre de trois visions, qui présente des œuvres des trois créatrices, se tiendra le 2 décembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !