•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Élévateur numérique pour faire naître l’étincelle créative fransaskoise

Une scène forestière sous la neige composée d'images de synthèses polygonales.

« Alpine Granny » est l'une des oeuvres numériques créées dans le cadre de l'Élévateur numérique du Conseil culturel fransaskois.

Photo : Conseil culturel fransaskois

Pour une seconde année, le Conseil culturel fransaskois invite les jeunes de 14 à 17 ans à s'inscrire à l’Élévateur numérique. Ce programme vise à former des élèves du secondaire à la production de musique et de jeux vidéo ainsi qu'à l’animation et au graphisme.

Chaque jeune recevra un iPad en location pour faciliter son apprentissage. Une rencontre individuelle d'une heure toutes les semaines sera également organisée pour bien encadrer les participants.

La formation à distance se conclura par une exposition en personne le 27 mai prochain, à Saskatoon.

« C’est un tremplin pour les jeunes, pour qu’ils puissent s’immerger dans la production numérique. »

— Une citation de  Émilie Lebel, coordinatrice

Ils n’ont pas besoin d'être bons dans ce qu’on offre, mais on voudrait qu’il y ait une étincelle pour ces choses-là, explique la coordinatrice du projet, Émilie Lebel. Sur quelques mois, ils vont être capables de travailler sur leur projet avec un formateur ou une formatrice.

Ensuite, on va leur montrer comment ils peuvent en faire un métier plus tard dans leur vie, ajoute la coordinatrice. C’est pour créer une relève, on veut montrer aux jeunes que ça se peut, en Saskatchewan, avoir une carrière en français.

L'Élévateur numérique est offert aux jeunes des écoles fransaskoises et d'immersion française partout en province.

Les intéressés peuvent s'inscrire sur le site du Conseil culturel fransaskois d'ici le 6 décembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !