•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un homme d’Edmonton écope de 10 ans de prison pour le meurtre d’une Montréalaise

Gregory Christopher Tessman alors qu'il sort d'un magasin à Edmonton

Gregory Tessman, 53 ans, a été arrêté à Vancouver cinq jours après que la police a découvert le corps de la victime dans son appartement.

Photo : Police d'Edmonton

Radio-Canada

Un homme d’Edmonton a été condamné à 10 ans de prison pour l'homicide involontaire d'une Montréalaise, qu'il a admis avoir étranglée dans son appartement de sous-sol il y a un peu plus de quatre ans.

Gregory Tessman avait été accusé de meurtre au second degré dans la mort de Valérie Maurice le 31 août 2017. La victime de 29 ans se trouvait dans la capitale albertaine pour son travail de prostituée.

Gregory Tessman est détenu depuis son arrestation à Vancouver le 5 septembre 2017. Il ne lui reste que trois ans et demi à purger, en raison des conditions sévères de sa détention provisoire en lien avec la COVID-19 et du temps qu’il a déjà passé sous les verrous.

La Couronne et la défense ont présenté une soumission conjointe à la juge de la Cour du Banc de la Reine de l’Alberta, Doreen Sulyma. Elles lui ont demandé d'imposer une peine d’emprisonnement de 10 ans à M. Tessman.

Le métier de la victime fait de Valérie Maurice une membre vulnérable de la société, selon le procureur John Watson. La souffrance prolongée et la tentative de cacher le corps de la victime sont des circonstances aggravantes envers Gregory Tessman, a-t-il également déclaré.

Toutefois, la décision de Gregory Tessman de plaider coupable est un facteur atténuant, a précisé M. Watson.

L’avocate de la défense, Kathryn Quinlan, a mentionné à la juge que Gregory Tessman avait un quotient intellectuel limité, des troubles cognitifs et des problèmes de santé mentale.

Elle a exhorté la juge à prendre en compte le temps passé en détention par Gregory Tessman.

La juge Doreen Suleema a réduit la peine de l’accusé de six mois à cause des conditions de vie du centre de détention où se trouve M. Tessman.

Étranglée, bâillonnée et ligotée

Gregory Tessman avait contacté Valérie Maurice en sa qualité d'accompagnatrice, a expliqué un exposé conjoint des faits présenté comme pièce à conviction au cours de l’année

L’ami et chauffeur de la victime l'a déposée à l’appartement de M. Tessman vers minuit. Valérie Maurice aurait tenté de quitter les lieux après que Gregory Tessman lui eut dit ne pas avoir d’argent pour la payer, mais celui-ci l’aurait empêchée de sortir de l’appartement.

Une photo de Valérie Maurice.

Valérie Maurice est originaire de Montréal.

Photo : CBC

Toujours selon l'exposé conjoint des faits, une dispute a éclaté entre Gregory Tessman et la victime. Il lui a couvert la bouche de ses mains pour l'empêcher de crier, mais la situation a dégénéré et il a fini par l'étrangler. La victime a perdu connaissance.

Gregory Tessman et sa colocataire ont transporté Valérie Maurice dans une chambre. Ils lui ont attaché les mains et les jambes et l'ont bâillonnée à l'aide d'un bas. Ils ont empilé des vêtements sur son corps et son visage.

Valérie Maurice a ensuite succombé à ses blessures.

Le lendemain, Gregory Tessman et sa colocataire ont pris un autocar Greyhound pour la Colombie-Britannique.

Avec les informations de Janice Johnston

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !