•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sainte-Marie veut plus d’argent pour déménager son centre-ville

Photo aérienne au moment des inondations d'avril 2019 à Sainte-Marie.

Photo aérienne au moment des inondations d'avril 2019 à Sainte-Marie. (Archives)

Photo : Crédits: / Pierre Lahoud

Aux prises avec un hôtel de ville et une caserne incendie en zone inondable, la Ville de Sainte-Marie demande l’appui de Québec pour reconstruire ses infrastructures municipales loin de la rivière Chaudière.

Si près de 400 résidences ont été démolies au centre-ville de Sainte-Marie depuis les inondations de 2019, les infrastructures de la Ville sont toujours soumises aux crues printanières.

Il faut être logique. Le gouvernement a bien fait. Il a aidé nos citoyens à sortir de l'eau. Maintenant, on est rendu à l'étape cruciale qui est les infrastructures, affirme le maire Gaétan Vachon.

La volonté est de reconstruire l’hôtel de ville, la bibliothèque et la caserne incendie près du centre Caztel, de l’autre côté du boulevard Vachon.

Une carte du secteur de la Cité Sainte-Marie

Le secteur de la Cité Sainte-Marie a été ciblé pour la construction du futur hôtel de ville.

Photo : Radio-Canada

L’idée est logique puisqu’elle permettrait de regrouper les édifices municipaux à proximité des écoles et des infrastructures sportives. Le problème est que le coût du projet est estimé à près de 35 millions de dollars.

On ne peut pas se permettre d'avoir de l'aide financière à 25 % pour une reconstruction et doubler notre dette, précise le maire.

« Ce qui ne nous a pas aidés, c'est l'inflation qu'on a eue à cause de la pandémie. On est partie de 15 millions à l'hôtel de ville à peut-être 19 M$ présentement. La caserne, on était à 12 M$ et on est rendu à 15 M$. »

— Une citation de  Gaétan Vachon, maire de Sainte-Marie

La ministre Laforest interpellée

Le maire de Sainte-Marie expose que les programmes d’aide financière proposés jusqu’à maintenant ne sont pas suffisants.

Le dossier a été présenté au député provincial Luc Provençal et aux fonctionnaires du ministère des Affaires municipales, mais il ne chemine plus assez rapidement, selon le maire. Gaétan Vachon demande une rencontre avec la ministre Andrée Laforest.

On aurait aimé travailler un peu plus rapidement. Je pense qu'on est rendu à une étape politique. J'ai demandé à M. Provençal d'être capable de parler avec Mme Laforest qui nous avait dit dans le temps qu'elle nous aiderait, rappelle M. Vachon.

On a besoin d'un minimum de 50 à 60 % d'aide financière pour se relocaliser. Ce n’est pas qu'on veut flasher et avoir de quoi de nouveau à la Ville. La police d'assurance pour la couverture des zones inondables ici est de 500 000 $ de franchise. On a eu 1 M$ de dégâts le dernier coup, ajoute le maire.

Des citoyens sont évacués par des pompiers dans un bateau.

Des citoyens sont évacués par des pompiers dans un bateau, à Sainte-Marie, le 20 avril 2019.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Éviter une hausse de taxes importante

D’autant plus que les revenus ont chuté depuis les inondations. Au total, ce sont près de 700 citoyens qui ont déserté le territoire à la suite des démolitions.

Les deux dernières années, on a gardé les comptes de taxes en bas de 2 % parce qu'on savait qu'il y avait la pandémie. Les gens rencontraient des difficultés. Là, je ne sais pas si on va être capable, admet le maire.

Gaétan Vachon finalise le budget municipal dans les prochaines semaines. Les citoyens doivent se préparer à une hausse de leur compte de taxes.

On s'est beaucoup serré la ceinture lors des deux dernières années. Ça ne sera pas à l'extrême, mais ça risque d'être plus haut, explique-t-il.

Le cabinet de la ministre Laforest a pour sa part réagi mardi en fin de journée.

Dans les faits, la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation est toujours à l’écoute des préoccupations des citoyens et des élus municipaux. Le ministère se mettra en lien avec l’équipe de M. Vachon pour trouver des pistes de solutions. Chose certaine, si le maire souhaite discuter avec la ministre Laforest, sa porte est toujours ouverte.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !