•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Saskatchewanaise attend une chirurgie qui changerait sa vie

Stephanie Brad, mère de famille en attente d'une chirurgie.

En plus de ressentir la douleur physique, l’attente de cette chirurgie a d’importantes conséquences sur la vie familiale de Stephanie Brad.

Photo : Adam Hunter/CBC

Radio-Canada

Stephanie Brad espère toujours obtenir une opération chirurgicale à la vessie qui changerait sa qualité de vie. En raison de la COVID-19, elle a vu sa chirurgie être annulée à deux reprises, en avril 2020 et en octobre 2021.

Mme Brad affirme que cette situation est frustrante puisque la douleur augmente de jour en jour.

« J’en ai besoin. Je suis de plus en plus malade chaque jour. »

— Une citation de  Stephanie Brad, patiente en attente d’une chirurgie

Elle indique qu'elle s'est rendue à l’urgence à plusieurs reprises pour des complications qui ne seraient pas survenues si elle avait eu son opération. Cependant, les médecins l'assurent que seule la chirurgie permettra d’améliorer son état de santé.

L’intervention chirurgicale de Stephanie Brad nécessiterait un minimum de 8 heures en salle puis un séjour d’une dizaine de journées en observation à l’hôpital.

Selon les critères établis par la province, sa chirurgie n’est pas considérée comme urgente.

Mme Brad trouve d’autant plus injuste que le gouvernement autorise les rassemblements privés, alors qu’elle attend une intervention chirurgicale nécessaire à sa santé.

En plus de ressentir la douleur physique, l’attente de cette chirurgie a d’importantes conséquences sur sa vie familiale.

Mère de quatre enfants, Stephanie Brad dit que cette situation a créé des difficultés financières pour sa famille.

Appui de l’opposition

Elle a communiqué avec le chef du Nouveau Parti démocratique Ryan Meili pour lui faire part de son inquiétude.

M. Meili a critiqué le gouvernement d’avoir ignoré les recommandations des experts. Selon lui, cela a mené au débordement des hôpitaux et à l’annulation de chirurgies.

Ryan Meili ajoute que le premier ministre, Scott Moe, et le ministre de la Santé, Paul Merriman, auraient dû agir davantage pour réduire la propagation de la COVID-19 et pour assurer que le système de santé ait les ressources pour fournir des soins urgents aux patients comme Mme Brad.

La Saskatchewan avait fait des ajustements concernant les opérations chirurgicales afin de faire face à la quatrième vague de COVID-19.

Paul Merriman dit que le gouvernement travaille à renforcer le système de santé et à rattraper environ 35 000 interventions chirurgicales.

« Mon objectif est de reprendre les chirurgies à plein régime au cours du prochain mois. »

— Une citation de  Paul Merriman, ministre de la Santé de la Saskatchewan

Pour y arriver, il indique que la province évalue plusieurs options, dont la possibilité de payer des chirurgies privées.

Le ministre de la Santé s’engage à faire le suivi avec Stephanie Brad si elle le désire. M. Merriman assure prendre les démarches nécessaires pour qu’elle ait accès à l’intervention nécessaire le plus rapidement possible.

D'après les informations d'Adam Hunter

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !