•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau contrat apporte de la stabilité à l’usine d’Alstom à Thunder Bay

Un contrat annoncé aujourd'hui avec Metrolinx permettra de garder 200 emplois à Thunder Bay sur deux ans.

Les trois hommes discutent.

Le président de la section locale 1075 d'Unifor, Dominic Pasqualino (à gauche), s'entretient avec le président de la région Amériques d'Alstom, Michael Keroullé (au centre), et le président de l'agence provinciale Metrolinx, Phil Verster (à droite).

Photo : Radio-Canada / CBC/Matt Vis

Le gouvernement de l’Ontario accorde 171 millions de dollars pour la remise à neuf de 94 wagons du réseau GO Transit à l’usine Alstom de Thunder Bay. La ministre des Transports, Caroline Mulroney, s’est déplacée dans la ville du Nord-Ouest mardi pour en faire l’annonce aux côtés de Michael Keroullé, président de la région Amériques d'Alstom.

Les contrats avec Metrolinx et la Commission de transport de Toronto (CTT) annoncés cette année permettent de stabiliser les activités de l’usine pour une période de deux ans et de garantir l’emploi de 400 personnes. C'est le point critique pour que l'usine reste viable à plus long terme, explique Michael Keroullé.

Alstom a fait l'acquisition au début de l'année de la division ferroviaire de Bombardier.

Des wagons du réseau Go Transit à l'arrêt.

Les wagons du réseau GO Transit à deux niveaux qui seront remis à neuf d’ici 2024 ont une vingtaine d’années.

Photo : Radio-Canada

Ce contrat de mise à jour s’ajoute à l’achat fait à l’automne 2019 de 36 wagons à deux niveaux à l’usine d'Alstom de Thunder Bay.

La compagnie tente de diversifier la nature des contrats de l'usine à différentes étapes du cycle de vie des wagons : par exemple, la remise à neuf et la construction, précise Michael Keroullé. L'industrie restera cyclique, remarque-t-il.

L'usine connaît des difficultés depuis quelques années. En 2019, Bombardier, alors propriétaire de l’usine, avait licencié la moitié de son personnel. La société québécoise justifiait sa décision par la fin simultanée de deux contrats les plus importants pour l'usine, ceux de la Commission de transport de Toronto et de Metrolinx.

Un tramway de Toronto conduit par une femme qui porte un masque.

L'usine d'Alstom de Thunder Bay construit notamment des tramways pour la CTT.

Photo : Radio-Canada / Rozenn Nicolle

Un peu plus tôt cette année, Alstom a mis la main sur un contrat de construction de 60 voitures légères avec la Commission de transport de Toronto. Il s’agit d’un contrat qui permettra aussi de conserver 200 emplois sur une période de deux ans.

Le président du syndicat des employés, Dominic Pasqualino, se réjouit de l'annonce et reconnaît la stabilité que ces contrats apportent à l'usine. Il précise toutefois que ces deux ans de stabilité ne sont qu'un premier pas dans la bonne direction.

« C'est difficile d'obtenir des contrats pour une usine vide, mais une fois que tu as quelques contrats, tu peux espérer en avoir davantage. »

— Une citation de  Dominic Pasqualino, président du syndicat des employés de l'usine d'Alstom à Thunder Bay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !