•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Briser l’isolement des aînés dans la région Évangéline

Un groupe de personne devant un panneau.

Une partie des personnes impliquées dans le projet Impact - Aîné.e.s Évangéline, avec Claude Blaquière, président des Francophones de l'âge d'or, au milieu.

Photo : Radio-Canada / Laurent Rigaux

Des organismes s'associent sous la houlette des Francophones de l'âge d'or de l'Île-du-Prince-Édouard (FAOIPE) pour briser l'isolement des aînés dans la région Évangéline et favoriser leur maintien à domicile.

C'est lors d'une conférence de presse, lundi au centre Vanier de Wellington, que Claude Blaquière, président des Francophones de l'âge d'or de l'Île-du-Prince-Édouard, a détaillé les grandes lignes du projet.

Intitulé Impact - Aîné.e.s Évangéline, il bénéficie d'un soutien financier du gouvernement fédéral, via le programme Nouveaux Horizons pour les aînés. C'est la CBDC Restigouche au Nouveau-Brunswick qui a reçu l'ensemble du financement pour la région Atlantique, d'un montant de trois millions de dollars.

L'Île reçoit 215  000 dollars, qui seront affectés à divers volets, pilotés par des organismes partenaires. 

Le Réseau de développement économique et d'employabilité de l'Île-du-Prince-Édouard Réseau de développement économique et d'employabilité), avec 90 000 dollars, sera chargé de favoriser l'employabilité des aînés, et leur maintien à domicile à travers des projets de logement et d'amélioration de l'habitat.

Selon Claude Blaquière, des entrepreneurs seraient présentement prêts à développer des résidences pour personnes âgées dans la région. Pas nécessairement des foyers, mais des résidences, des appartements, fonctionnels, [adaptés] à leurs besoins. On va frapper aux portes des différents gouvernements pour poursuivre nos démarches, détaille-t-il.

Claude Blaquière devant un pupitre.

Claude Blaquière, président des Francophones de l'âge d'or de l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : Radio-Canada / Laurent Rigaux

La Coopérative d'intégration francophone est également à la table de concertation pour promouvoir la transition des aînés dans des logements plus adaptés à leurs besoins tout en permettant à des immigrants de s'installer dans les maisons vacantes.

Mettre sur pied une offre de transport

Le Conseil scolaire communautaire Évangéline (CSCÉ), de son côté, va également gérer une partie des fonds (90 000 dollars) et mettre sur pied un service de transport dédié aux aînés, que ce soit pour se déplacer à l'intérieur de la région ou pour rejoindre les centres urbains tels que Summerside.

Même s'il ne sait pas encore la forme qu'un tel service pourrait prendre, le directeur du Conseil scolaire communautaire Évangéline, Nick Arsenault, confie que des échanges ont déjà lieu avec un prestataire : On a eu une rencontre intéressante avec Transportation West, qui offre ce service-là de Tyne Valley à Tignish. On est en train de voir s'il y a une possibilité pour s'intégrer à leur organisme.

Le Conseil scolaire communautaire Évangéline va aussi profiter de ce budget pour développer son service de livraison de repas à domicile (Repas roulant) en place depuis cet été. Plus de trente personnes en bénéficient, et reçoivent quotidiennement la visite d'une quinzaine de bénévoles, dont Diane Richard.

Tu n'as même pas besoin de sonner ou cogner à la porte, on t'attend! Ils sont très reconnaissants. Ils veulent aussi le social, ils aimeraient que tu restes pour parler beaucoup. Ceux que je sais qu'ils sont seuls, j'essaie d'aller là en dernier puis je peux rester plus longtemps, raconte-t-elle.

« Les gens, ils ne veulent pas partir de leur demeure. »

— Une citation de  Diane Richard, bénévole

Les Francophones de l'âge d'or de l'Île-du-Prince-Édouard, avec les 35  000 dollars restants, animeront une table de concertation regroupant organismes et gouvernements, afin d'assurer le pilotage du projet et d'échanger les bonnes pratiques avec les provinces voisines.

Le financement est prévu pour trois ans. Tout l'enjeu sera, plus que la création de ces nouveaux services, d'arriver à les pérenniser.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !