•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des centaines de documents frauduleux de COVID-19 présentés aux services frontaliers

Badge d'un agent des services frontaliers du Canada

L’Agence des services frontaliers du Canada a identifié 187 tests de dépistage à la COVID-19 soupçonnés d'avoir été falsifiés aux points d'entrée terrestres et 160 dans les aéroports.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Bolduc

Radio-Canada

L’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) a intercepté des centaines de résultats de test de dépistage de la COVID-19 ou de preuves de vaccination suspectés d’être faux présentés par des personnes tentant de rentrer au pays.

En date du 31 octobre, les agents frontaliers ont intercepté 374 résultats de tests de dépistage de la COVID-19 qui semblent avoir été falsifiés. L’Agence des services frontaliers du Canada a également saisi 92 preuves de vaccination à l’authenticité suspecte à ses points d’entrée, selon des informations fournies à CBC par un porte-parole de l’agence.

L’Agence des services frontaliers du Canada n’a pas fourni d'analyse détaillée de ces cas. Par exemple, les points d'entrée spécifiques où ces faux documents ont été interceptés demeurent inconnus, tout comme leur pays d'origine.

Les Canadiens peuvent entrer au pays avec des preuves falsifiées liées à la COVID-19, car ils ont le droit de retourner au Canada. Les agents frontaliers transmettent l’information sur ces personnes à l’Agence de la santé publique du Canada, qui peut ouvrir une enquête ou imposer des amendes.

Les personnes qui n'ont pas la nationalité canadienne peuvent se faire refuser l’accès au pays.

Facile de falsifier

La technologie permet de falsifier aisément un document, selon une examinatrice de documents de Docufraud Canada, Shabnam Preet Kaur.

Il suffit de télécharger un logiciel, comme Photoshop, pour modifier à sa guise [les documents]. On peut modifier un document en 5 minutes.

Selon Shabnam Preet Kaur, il est particulièrement facile de modifier un document qui est en format PDF, comme c’est le cas pour bon nombre de preuves vaccinales.

Je préconise la méthode du code QR. Il est plus sécuritaire que les documents PDF.

L’Agence des services frontaliers du Canada travaille en collaboration avec ses partenaires intérieurs et étrangers pour mieux détecter et intercepter ces documents frauduleux, souligne une porte-parole, Rebecca Purdy.

Elle explique que l’Agence des services frontaliers du Canada utilise la technologie pour vérifier l’authenticité des documents présentés aux agents frontaliers. Les employés suivent également des formations rigoureuses pour examiner les preuves physiques de vaccination.

Rester vigilant

Une spécialiste en droit de la santé à l’Université de Calgary, Lorian Hardcastle, insiste sur l’importance d'être vigilant face à ce problème, surtout en raison de l’apparition de variants préoccupants du virus à travers le monde.

Nous avons besoin de faire des efforts pour appliquer la loi et éliminer un maximum de documents frauduleux et falsifiés.

L’amende pour avoir fait une déclaration trompeuse ou mensongère à un agent responsable des quarantaines ou du dépistage est de 825 $, plus les droits et les taxes imposés par la province, selon l’Agence de la santé publique du Canada.

Les voyageurs ayant présenté un faux document peuvent faire face à une amende supplémentaire de 5000 $.

Avec les informations de Julia Wong

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !