•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Près de 600 000 Ontariens ont eu recours aux banques alimentaires l’an dernier

Une bénévole prépare des cartons de nourriture.

L'utilisation des banques alimentaires en Ontario a augmenté de 10 % au cours de la première année de la pandémie, selon un nouveau rapport.

Photo : CBC/Evan Mitsui

Radio-Canada

Un nouveau rapport de l'organisme Feed Ontario (Nourrir l’Ontario) révèle que le nombre de personnes qui ont nécessité l'aide des banques alimentaires ontariennes a augmenté de 10 % cette année.

Il s'agit de la plus forte augmentation en une seule année depuis 2009, et du niveau le plus élevé depuis cette même année.

Près de 600 000 personnes ont effectué plus de 3,6 millions de visites dans les banques alimentaires de l'Ontario entre le 1er avril 2020 et le 31 mars 2021, selon le rapport annuel de Feed Ontario, un organisme de lutte contre la faim dans la province.

Le nombre de visites a quant à lui augmenté de 12 % comparativement à l'année précédente.

Ces données ont été recueillies auprès de 132 banques alimentaires et 1100 organismes de soutien social.

Selon la directrice générale par intérim, Siu Mee Cheng, la pandémie a exacerbé les problèmes d'insécurité financière et d'accessibilité en Ontario.

C'est une tendance extrêmement alarmante, lance-t-elle.

La pandémie a eu un impact sur des individus et des familles. En conséquence, ils viennent aux banques alimentaires, explique Siu Mee Cheng.

Assistance sociale insuffisante

Selon Mme Cheng, les programmes d'assurance sociale actuels de la province, y compris Ontario au travail et le Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées (Nouvelle fenêtre), ne sont pas complets et ceux qui en dépendent finissent toujours par avoir besoin d'accéder aux banques alimentaires.

Ils représentent 59 % de tous les visiteurs des banques alimentaires, précise-t-elle.

Les programmes d'aide sociale ne sont pas suffisants pour aider les gens à acheter les aliments dont ils ont besoin et résoudre leurs problèmes liés à la faim, ajoute la directrice générale par intérim.

Des personnes choisissent des ingrédients parmi des présentoirs d'aliments.

Depuis le début de la pandémie, plusieurs banques alimentaires constatent une augmentation de l'utilisation de leurs services.

Photo : Photo soumise par Banque alimentaire Mississauga

Moins de 1 % de ceux qui ont accédé aux banques alimentaires recevaient la Prestation canadienne d'urgence, qui a été introduite par le gouvernement fédéral pour aider ceux qui ont perdu leur emploi en raison de la COVID-19.

Cette aide financière permettait aux Canadiens de subsister à leurs besoins primaires, selon Mme Cheng.

La Prestation canadienne d'urgence faisait ce qu'elle devait faire. Elle a permis à des individus d'assurer les besoins de base de la vie, y compris la nourriture, souligne-t-elle.

Qui utilise les banques alimentaires?

Le rapport révèle que 86 % des visiteurs des banques alimentaires sont des locataires.

Plus de la moitié des personnes interrogées ont indiqué que les coûts liés au logement et aux services publics (électricité, eau) les obligeaient à chercher une aide alimentaire de base pour se nourrir.

Le fait que le logement ne soit pas abordable est une des raisons principales qui poussent les gens à se rendre aux banques alimentaires, pense Siu Mee Cheng.

Le nombre d'utilisateurs de banques alimentaires âgés de 65 ans ou plus a également augmenté de 36 % depuis l'année dernière et de 64 % depuis 2008.

« C'est une tendance désolante et préoccupante que nous observons actuellement dans la société. »

— Une citation de  Siu Mee Cheng, directrice générale par intérim de Feed Ontario

Selon le rapport, les personnes âgées sont presque deux fois plus susceptibles d'accéder à une banque alimentaire que les personnes de moins de 65 ans.

Il a également révélé qu'un tiers des utilisateurs des banques alimentaires étaient des personnes handicapées.

Même quand la pandémie prendra fin, l'impact sur les personnes qui se rendent aux banques alimentaires se poursuivra plusieurs années après, croit Siu Mee Cheng.

Malheureusement, nous ne prévoyons pas avant plusieurs années que les chiffres diminuent. [Le nombre de visites] va probablement continuer à augmenter, poursuit-elle.

La crise financière de 2008 a entraîné une hausse similaire du nombre de personnes ayant recours aux banques alimentaires, selon Mme Cheng.

L'impact de cette crise a duré plus de deux ans.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !