•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un tartan officiel pour la Gaspésie

Le tartan officiel de la Gaspésie.

Le tartan officiel de la Gaspésie.

Photo : Gracieuseté de Benoît Poulin

La Gaspésie a maintenant son propre tartan. Un Matanais a enregistré le motif officiel du tartan de la Gaspésie auprès d'un organisme réglementaire en Écosse.

Ce motif a été officiellement approuvé dans la nuit de lundi à mardi par le Scottish Register of Tartans, une organisation basée à Édimbourg, en Écosse, qui est chargée d’officialiser l’enregistrement des tartans dans le monde et de les répertorier.

L’initiative a été lancée par le joueur de cornemuse matanais Benoît Poulin en collaboration avec Patrice MacLeod, un photographe de Québec qui fabrique des tartans.

C’est une idée qui m’est venue en regardant ce qui s’est fait au niveau des tartans dans le monde et au Québec, pour voir s’il y en avait dans la région, et j’ai constaté que non, raconte Benoît Poulin, qui était en entrevue à l'émission Bon Pied, bonne heure, mardi matin.

Le motif s’inspire du drapeau de la Gaspésie, proposé en 2001 par l’historien Marc-Antoine De Roy, de Sainte-Anne-des-Monts.

On s’est dit qu’on va tout simplement s’inspirer de ce drapeau, qui représente déjà bien ce qu’on espérait représenter nous autres. On a fait une copie presque conforme avec les restrictions que le tartan demande, explique-t-il.

Le drapeau de la Gaspésie.

Le drapeau de la Gaspésie.

Photo : Gracieuseté de Benoît Poulin

Le bleu, le rouge, le jaune et le blanc du drapeau se retrouvent donc dans le motif du tartan, une manière de rendre hommage à l’héritage écossais de la Gaspésie.

Cet héritage n’est pas négligeable. Au 19e siècle, de nombreuses familles écossaises s'installèrent dans la région de New Richmond, d'après ce qu'on peut lire dans un texte publié en 2014 du Magazine Gaspésie.

Le ministre Julien estampille

Dans le cas d'un tartan qui représente un territoire, le Scottish Register of Tartans impose l’approbation d’une autorité régionale afin d’officialiser le motif. C’est le ministre responsable de la Gaspésie, Jonatan Julien, qui a apposé son sceau.

Comme n’importe qui ne peut pas faire un tartan pour un territoire sans avoir l’appui d’un supérieur du territoire en question, j’ai demandé l’appui du ministre Jonatan Julien, le représentant de la Gaspésie, raconte-t-il.

Le tartan officiel de la Gaspésie.

Le tartan officiel de la Gaspésie.

Photo : Gracieuseté de Benoît Poulin

Plusieurs villes du Canada disposent de leur propre tartan, dûment enregistré auprès du Registre, comme Montréal, Boucherville ou encore Moncton, au Nouveau-Brunswick.

Benoît Poulin compte faire tisser le motif et l'utiliser pour confectionner des habits.

Je peux faire tout ce qu’on peut faire avec du tissu : des kilts, du revêtement de coussins, des pantalons, des nœuds papillon, des foulards, etc., explique-t-il.

Hasard du calendrier, le tartan de la Gaspésie sera officialisé le 30 novembre, jour de la Saint-André, fête des Écossais, ce qui est de très bon augure, dit Benoît Poulin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !