•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

EVLO à la conquête du marché mondial avec une batterie plus puissante

Armoire métallique.

Le PDG d'EVLO, Guillaume Hayet, a présenté le nouveau système de stockage de l'entreprise, d'une capacité d'un mégawattheure.

Photo : Radio-Canada

La filiale d'Hydro-Québec EVLO veut profiter de la transition énergétique pour s'imposer. Moins d'un an après sa création, elle a mis au point son troisième système de stockage d'énergie, d'une capacité d'un mégawattheure.

Baptisé EVLO 1000, il sera notamment vendu aux producteurs et aux distributeurs d'électricité qui œuvrent dans le secteur des énergies renouvelables et pour qui l'enjeu du stockage est primordial.

C'est important de capter l'énergie quand elle est produite, que ce soit de l'éolien, de l'hydroélectricité ou du vent pour pouvoir la libérer au consommateur quand il y a un besoin de consommation. La batterie sert à ça. C'est la clé dans la transition énergétique, explique le PDG d'EVLO, Guillaume Hayet.

Grâce à cette nouvelle batterie plus puissante, la filiale d'Hydro-Québec espère se tailler une place enviable dans ce créneau. On attaque un marché en très forte croissance, 30 % d'augmentation année après année. Si on regarde le marché visé, on parle de plus de 10 G$ US en 2030, et nous on veut capter pas moins de 10 % de ce marché-là, poursuit M. Hayet.

Le grand patron d'EVLO affirme que l'entreprise a soumis sa candidature dans le cadre de plusieurs appels d'offres au Canada, aux États-Unis et en Europe. Dès mercredi, elle présentera son nouveau produit au congrès de l'association américaine du stockage d'énergie (ESA), à Phoenix, en Arizona.

Avec une capacité d'un mégawattheure, le système peut alimenter en électricité l'équivalent de 200 maisons pendant une heure. Outre le stockage de l'énergie renouvelable, il permet aussi d'emmagasiner de l'énergie pour la redistribuer lors des périodes de pointe, ou encore de remplacer des génératrices à essence lorsque des travaux sont effectués sur le réseau électrique.

Hydro-Québec utilisera d'ailleurs les premiers systèmes EVLO 1000 au cours des prochains mois dans le secteur de Parent, en Haute-Mauricie, pour alimenter ses abonnés de la région lors de travaux sur une ligne de transport à haute tension.

Une technologie sécuritaire et écoperformante

Pour atteindre ses objectifs ambitieux, EVLO tentera de convaincre ses clients potentiels que sa batterie est plus sécuritaire et plus verte que celles vendues par certains de ses concurrents.

L'entreprise utilise des batteries au phosphate de fer lithié (LFP), réputées pour avoir une stabilité chimique et thermique supérieure à celle d'autres types de batteries, ce qui réduirait notamment les risques d'incendie.

Le système EVLO 1000 est muni de plus de 200 capteurs pour évaluer la température interne, ainsi que d'un système de détection des émissions d'hydrogène.

EVLO affirme que la durée de vie de sa nouvelle batterie peut atteindre jusqu'à 20 ans, et qu'elle est recyclable à 99 %. C'est écoperformant, il n'y a pas de métaux rares comme le cobalt, comme dans d'autres batteries, souligne Guillaume Hayet.

Le système de stockage peut aussi être contrôlé au moyen d'un logiciel qui peut être installé sur un téléphone cellulaire. Ça permet de donner des commandes à distance, comme arrêter et démarrer, et de superviser toutes les données d'opération, indique le vice-président au développement des affaires chez EVLO, Martin Rheault.

Les batteries développées par EVLO sont présentement usinées en Asie. L'armature du système de stockage et l'assemblage final sont, quant à eux, effectués dans les installations de CMP, à Châteauguay.

C'est d'ailleurs à EVLO que l'entreprise doit sa croissance récente. Selon le vice-président qualité et amélioration continue, Alain Prévost, les commandes passées par la filiale d'Hydro-Québec pourraient bientôt représenter 15 % de son chiffre d'affaires. Le stockage d'énergie, c'est la direction que CMP a décidé de prendre pour poursuivre sa croissance.

La centrale solaire Gabrielle-Bodis d'Hydro-Québec.

La centrale solaire Gabrielle-Bodis d'Hydro-Québec, à La Prairie, au Québec

Photo : Hydro-Québec

Des systèmes au Québec et en France

Depuis sa naissance, EVLO a déjà commercialisé deux autres systèmes de stockage, d'une capacité de 125 et de 500 kilowattheures. Hydro-Québec procède présentement à l'installation de huit unités de 500 kWh à sa centrale solaire de La Prairie, en Montérégie.

Coupler des batteries à une centrale solaire sert à capter un maximum d'énergie le jour quand le soleil brille, et de pouvoir la redistribuer quand le soleil est couché, explique M. Rheault.

Des unités de stockage ont aussi déjà atterri en France, dans le cadre du projet Tonnerre, qui permettra d'emmagasiner 9 mégawattheures d'électricité provenant d'un parc éolien détenu par la société québécoise Innergex en Bourgogne-Franche-Comté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !