•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Menace de grève illimitée dans les CPE : la FIPEQ toujours en négociation

manifestationcpe002

Le salaire des «autres» travailleuses que les éducatrices, dans les CPE, est maintenant au coeur du litige, selon la CSQ.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La Presse canadienne

La Fédération des intervenantes en petite enfance (FIPEQ) a repris ses négociations avec Québec, dimanche, et elle était encore à la table lundi, alors qu'une menace de grève illimitée plane sur plusieurs centres de la petite enfance (CPE).

Et elle discutait justement des questions salariales – le cœur de cette négociation, a-t-on fait savoir.

La Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec, affiliée à la Centrale des syndicats du Québec, n'a pas encore annoncé de date pour le déclenchement d'une éventuelle grève illimitée de ses membres, bien que celles-ci se soient dotées d'un tel mandat, mercredi dernier.

La fédération syndicale avait dit vouloir donner une autre chance à la négociation avec les représentants gouvernementaux, tout en étant munie de son mandat de grève illimitée.

Le salaire des travailleuses autres que les éducatrices, dans les centres de la petite enfance, est maintenant au cœur du litige.

Le premier ministre François Legault a affirmé, la semaine dernière, qu'il était normal que les employés de soutien dans les Centre de la petite enfance gagnent un salaire comparable à celui des mêmes employés de soutien dans les écoles.

Quelqu'un qui fait le ménage dans une école doit être payé relativement le même salaire que quelqu'un qui fait le ménage dans un service de garde. Les employés de support, il faut qu'ils aient des salaires comparables aux autres employés de support dans les autres réseaux, avait affirmé le premier ministre Legault.

Moins que le secteur public

Or, selon la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec, ces employés de soutien gagnent bien moins dans les Centre de la petite enfance que dans le secteur public.

La Centrale des syndicats du Québec représente justement des milliers de ces employés de soutien dans les écoles.

Ainsi, selon la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec, Québec offre de 19,32 $ à 22,59 $ aux responsables de l'alimentation dans un CPE, alors que ces responsables gagnent 26,57 $ (un taux unique) dans le secteur public.

Pour une secrétaire dans un Centre de la petite enfance, Québec offre de 17,80 $ à 20,18 $ l'heure, selon la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec. Dans le secteur public, une secrétaire gagne de 22,18 $ à 24,13 $ l'heure, en vertu des conventions collectives 2020-2023 qui viennent d'être signées.

La Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec demande pour les responsables en alimentation de 20,29 $ à 23,72 $ l'heure et, pour les secrétaires de Centre de la petite enfance, de 18,64 $ à 21,12 $ l'heure.

Pour ce qui est des éducatrices, Québec offre de 21,38 $ à 28,31 $ l'heure au 10e échelon (le maximum de l'échelle actuellement). Mais il voudrait ajouter deux échelons à l'échelle qui en compte 10 pour porter le 12e à 30,03 $ l'heure.

La Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec, dans sa dernière contre-proposition, demande pour les éducatrices de 22,85 $ à 30,29 $ au 10e échelon.

Une campagne publicitaire

La Centrale des syndicats du Québec a lancé lundi une campagne publicitaire interpellant le premier ministre François Legault à négocier pour tous les corps d’emploi en CPE, selon leur communiqué de presse.

 Le premier ministre doit s'impliquer pour dénouer l'impasse. Nous sommes disponibles pour conclure une entente rapidement et éviter des fermetures de services pour les parents, déclarent les leaders syndicaux.  

La FSSS demain

La Fédération de la santé et des services sociaux, affiliée à la Confédération des syndicats nationaux, n'était pas assise à la table de négociation lundi.

Elle a annoncé vendredi dernier que ses membres entameraient une grève illimitée à compter de mercredi.

La Fédération de la santé et des services sociaux sera à la table de négociation mardi, la veille du déclenchement de sa grève illimitée.

Quant au Syndicat québécois des employés de service (SQEES), affilié à la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec, ses derniers votes de grève se tiendront mardi soir. Le résultat global ne sera donc connu que mercredi.

Dans son cas, il s'agit d'un mandat de grève illimitée au moment jugé opportun; on ne connaît donc pas encore la date du déclenchement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !