•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inconduites sexuelles : l’animateur Chris Cuomo, stratège de son frère Andrew

Montage de photos d'Andrew et de Chris Cuomo.

L'ex-gouverneur de New York Andrew Cuomo (gauche) et son frère Chris

Photo : Associated Press / Mike Groll/Bureau du gouverneur de New York (gauche) et Evan Agostini/Invision

Des transcriptions rendues publiques lundi par le bureau de la procureure générale de l'État de New York jettent un éclairage plus précis sur l'implication de Chris Cuomo, l'un des animateurs vedettes de CNN, dans la gestion des allégations de harcèlement sexuel dont faisait l'objet son frère, l'ex-gouverneur de l'État Andrew Cuomo.

Le rôle qu'a joué en coulisses Chris Cuomo en tant que conseiller officieux de son frère aîné, contraint à la démission en août 2021 après une avalanche d'allégations qu'il a toujours niées, avait déjà été dévoilé. Mais les documents publiés sur le site du bureau de la procureure générale Letitia James révèlent une aide dans la sphère des relations publiques d'une ampleur plus grande que ce qui était connu.

Assigné à témoigner devant les enquêteurs new-yorkais, Chris Cuomo, diplômé en droit, a admis qu'à l'époque où des accusatrices ont commencé sur la place publique, en février et en mars 2021, à reprocher à l'ex-gouverneur de New York des comportements inappropriés, il était en contact régulier avec son frère.

L'animateur de Cuomo Prime Time, dont la transcription du témoignage s'étale sur 348 pages, a également reconnu avoir échangé des messages avec les principaux conseillers du bureau de l'ex-gouverneur démocrate de presque 64 ans.

Les pièces versées au dossier, qui incluent de multiples courriels et messages textes, mais dont plusieurs passages sont caviardés, montrent notamment qu'il était en contact étroit avec la principale collaboratrice d'Andrew Cuomo, Melissa DeRosa.

L'animateur de 51 ans a également fait pression pour aider le bureau de son frère à affronter l'avalanche d'accusations, car il contestait la stratégie employée pour y faire face.

Vous devez me faire confiance [...] plus qu'à ces autres personnes, écrit-il par exemple dans un texto daté du 10 mars. Nous faisons des erreurs que nous ne pouvons pas nous permettre.

Il est allé jusqu'à dicter des communiqués de presse dans lesquels il suggérait les réponses détaillées à donner face aux allégations.

Selon son témoignage, mais aussi d'après les textos, Chris Cuomo a également utilisé ses sources journalistiques pour obtenir de l'information sur les accusatrices.

Trois jours après un article du New York Times qui faisait état d'une troisième victime présumée qui affirmait qu'Andrew Cuomo avait voulu l'embrasser en septembre 2019 lors d'une cérémonie de mariage, il écrit par exemple, le 4 mars : J'ai des infos sur la fille du mariage.

Il s'est cependant défendu d'avoir voulu couvrir son frère.

« Je m'inquiétais que cela ne soit pas géré de la bonne façon, et ce [n'était] pas mon travail de le gérer, d'accord? »

— Une citation de  Chris Cuomo, lors d'une entrevue avec les enquêteurs de New York, le 15 juillet 2021

Je ne travaille pas pour le gouverneur. Je ne le défends pas dans cette affaire. Je ne le couvre pas. Vous savez, [...] ce n'est pas ce que je fais, a-t-il dit aux enquêteurs.

CNN en quête d'« éclaircissements »

CNN a indiqué dans un communiqué qu'il passerait en revue les nouvelles informations.

« Les milliers de pages de transcriptions et de pièces à conviction supplémentaires qui ont été publiés aujourd'hui par la procureure générale de New York méritent d'être examinés et prises en compte de manière approfondie. »

— Une citation de  CNN

Le réseau affirme qu'il aura des conversations et cherchera à obtenir des éclaircissements supplémentaires sur la signification de l'information contenue dans les documents.

Certains avaient accusé les patrons de la chaîne de complaisance à l'endroit de celui qui pilote l'une des émissions les plus populaires de la station. Cuomo Prime Time a enregistré la plus forte audience de la chaîne au troisième trimestre.

Le Washington Post avait révélé en mai 2021 le rôle de conseiller joué par le plus jeune de la fratrie Cuomo et avait fait état de sa participation à des conférences téléphoniques consacrées à la stratégie entourant la gestion de la crise. Chris Cuomo avait notamment encouragé son frère à rester en poste.

CNN avait alors jugé inapproprié que son animateur ait participé à de tels échanges, sans toutefois sévir contre lui. Lui-même avait par la suite reconnu qu'il avait commis une erreur.

Évidemment, je suis au courant de ce qui se passe avec mon frère. Et évidemment, je ne peux pas le couvrir parce qu'il est mon frère, avait-il dit en ondes au début de mars, ajoutant que le réseau ne s'en priverait évidemment pas.

Je ne suis pas un conseiller. Je suis un frère. Je ne contrôlais rien du tout. J'étais là pour écouter et donner mon avis, a-t-il soutenu cinq mois plus tard, après un rapport de Letitia James, qui évoquait son implication.

Pendant la pandémie, Andrew Cuomo a participé de façon régulière à l'émission de son frère, une situation qui a ravi des téléspectateurs, mais s'est attirée des critiques, même à l'interne.

Un modèle déchu

Entourée d'autres manifestants, une jeune femme tient une pancarte disant : « Cuomo doit démissionner ».

Plus tôt cette année, des New-Yorkais avaient manifesté pour réclamer la démission d'Andrew Cuomo.

Photo : Getty Images / Scott Heins

La procureure générale Letitia James a par ailleurs également mis en ligne, lundi, des transcriptions ou des vidéos d'entretiens accordés par plusieurs anciens collaborateurs d'Andrew Cuomo, qui ont décrit leurs efforts pour contester les allégations.

Tombé en disgrâce après avoir émergé comme vedette politique nationale pendant la pandémie, Andrew Cuomo, qui visait un quatrième mandat, avait fini par se résoudre à jeter l'éponge, évitant ainsi un procès en destitution.

La démission du politicien, fils de l'ancien gouverneur new-yorkais Mario Cuomo, est survenue huit mois après la première allégation et une semaine après le rapport accablant de la procureure générale de New York, publié au début d'août.

Dans son rapport de 165 pages, cette dernière documentait le cas de 11 femmes qui affirmaient avoir été les cibles de gestes ou de remarques déplacés de la part d'Andrew Cuomo.

Celui-ci a été inculpé le mois dernier pour délit sexuel. La plainte l'accuse d'attouchement forcé qui serait survenu en décembre 2020 dans ce qui était alors sa résidence officielle à Albany, la capitale de l'État de New York.

Avec les informations de CNBC, et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !