•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un prêt de 2 M$ de Québec pour l’entreprise Eska

Le ministre Pierre Fitzgibbon.

Le ministre Pierre Fitzgibbon.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Québec annonce un prêt de 2 millions de dollars à Eska pour son projet de rapatriement dans la région de sa production d’eau gazéifiée.

Le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, en a fait l’annonce lundi matin à l’usine d’embouteillage de Saint-Mathieu-d’Harricana, près d'Amos, en compagnie de la députée d’Abitibi-Ouest, Suzanne Blais, et de Nancy Lefebvre, directrice régionale Abitibi-Témiscamingue et Nord-du-Québec chez Investissement Québec.

Le prêt provient des fonds propres d’Investissement Québec et a permis à l’entreprise d’attacher le financement de son projet de 3,5 millions de dollars. La nouvelle ligne est entrée en production cet été et permettra de créer une dizaine d’emplois à terme.

C’est un projet qui veut centraliser les opérations ici à Saint-Mathieu. C’est important. Eska est une belle compagnie québécoise. C’est de l’économie circulaire. On recycle le plastique, le PET, qui vient de la région de Joliette. Ici on va tout faire les bouteilles de plastique, on fait les bouteilles et on les embouteille. L’esker est vraiment important. Je pense que c’est un beau projet d’économie circulaire. Ça va permettre à l'entreprise d'avoir une meilleure masse critique, et de pouvoir peut-être aussi exporter à l’extérieur du Québec, fait valoir le ministre Pierre Fitzgibbon.

Précision :

Eaux Vives Water appartient en fait à des intérêts américains.

L'eau gazéifiée était embouteillée à Montréal depuis 2017, une décision qui avait soulevé du mécontentement à l’époque, notamment au niveau du syndicat affilié à Unifor. Or, ce rapatriement s’imposait pour Eska, qui souhaite utiliser exclusivement du plastique recyclé pour produire toutes ses bouteilles.

On veut utiliser la source ici sur le site, avoir l’empreinte écologique la plus petite possible, et faire la transition vers notre plastique recyclé. C’était la clé. On peut juste le faire ici à l’interne. On a les recettes, les technologies pour le faire, qui n’existaient pas ailleurs. Pour nous c’était important depuis le jour 1, on voulait toujours trouver une façon de rapatrier ça ici en Abitibi, et faire la transition de plastique recyclé en même temps, explique Michel McArthur, directeur des opérations et vice-président chez Eska.

Les cinq posent dans les bureaux d'Eska.

Dans l'ordre, le ministre Pierre Fitzgibbon, la députée d'Abitibi-Ouest Suzanne Blais, Michel McArthur, directeur des opérations et vice-président chez Eska, Nancy Lefebvre, directrice régionale d'Investissement Québec, et Mathieu Marcil, directeur de comptes chez Investissement Québec.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Un prêt important

Du côté d’Investissement Québec, on explique que ce prêt régulier avec intérêts a permis de financer l’achat des équipements nécessaires au projet. J’accompagne l’entreprise depuis plus de deux ans dans divers projets pour l’aider à améliorer sa rentabilité, mais également sa productivité, en modernisant l’usine. On a contribué au montage financier. C’était le bon moment pour implanter cette ligne-là et on les a accompagnés, précise Mathieu Marcil, directeur de compte pour Investissement Québec.

Selon Pierre Fitzgibbon, Investissement Québec a joué son rôle. Eska, ce sont des financiers actionnaires, Morgan Stanley et d’autres investisseurs. La direction de la société voulait faire la croissance de la productivité. Il a demandé aux actionnaires, les actionnaires ont dû trouver du financement, et c’est le rôle d’Investissement Québec, justement, de pouvoir permettre à la direction ici de faire son expansion. Peut-être que d'autres banques auraient pu prêter, mais avec les conditions que nous avons données avec Investissement Québec, les actionnaires ont favorisé l’investissement alors qu’ils auraient pu décider d’attendre un peu, affirme-t-il.

Chez Eska, on apprécie cette confiance de Québec. C’est important qu’on sache que le gouvernement veut soutenir nos ambitions, surtout au niveau du rapatriement de la production en région, et aussi de la transition vers du plastique recyclé pour toutes nos bouteilles. C’est important pour nous et on apprécie énormément le support d’Investissement Québec, souligne Michel McArthur.

Des bouteilles d'eau pétillante de la marque Eska.

Depuis cet été, l'eau gazéifiée Eska est embouteillée à Saint-Mathieu-d'Harricana dans des bouteilles faites de 100% de plastique recyclé.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !