•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Embauche de policiers : Plante a induit les Montréalais en erreur, dit l’opposition

Son chef, Aref Salem, accuse la mairesse d'avoir rompu une première promesse électorale.

Aref Salem en conférence de presse.

Le nouveau chef de l'opposition officielle, Aref Salem, considère que Valérie Plante « a induit volontairement les Montréalais en erreur » en affirmant pendant la campagne électorale que sa promesse d'embaucher 250 policiers d'ici le 31 décembre 2022 représenterait une augmentation nette des effectifs du SPVM.

Photo : Radio-Canada / Jérôme Labbé

Les hostilités sont relancées au conseil municipal de Montréal, qui a repris ses travaux lundi. L'opposition officielle accuse Valérie Plante d'avoir « brisé » une « première promesse électorale », trois semaines seulement après avoir été réélue à la mairie.

C'est très inquiétant pour l'avenir, pour le mandat, a déclaré son nouveau chef, Aref Salem, lors d'une conférence de presse, en matinée.

Selon lui, Projet Montréal a copié la promesse électorale d'Ensemble Montréal d'embaucher 250 policiers supplémentaires d'ici le 31 décembre 2022 et lui reproche d'avoir induit volontairement les Montréalais en erreur en précisant qu'il s'agirait d'une hausse nette des effectifs du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Car des vérifications effectuées par Radio-Canada ont démontré qu'il s'agissait plutôt d'une cible brute qui servira aussi – et surtout – à combler les 215 départs à la retraite prévus par la Ville de Montréal dans les 14 prochains mois.

« Aujourd'hui, on joue avec les chiffres, on joue avec les formes, on joue avec le style, mais la réalité, c'est qu'il y a déjà une promesse de brisée, après juste 22 jours comme mairesse. »

— Une citation de  Aref Salem, chef de l'opposition officielle

Interrogée sur le sujet, la principale intéressée s'est défendue en matinée en affirmant que, pour elle, il avait toujours été clair qu'entre aujourd'hui et décembre 2022, il y aurait 250 policiers qui seraient engagés, et [que] ça inclurait les départs à la retraite.

Pour moi, c'est important de clarifier, car je ne veux pas laisser de flou autour de ces chiffres-là, a-t-elle ajouté.

Cette cible, a insisté Mme Plante, a été établie avec le SPVM, mais l'administration va s'ajuster à la situation en fonction des départs à la retraite, de la capacité d'embauche de la Ville et des besoins réels exprimés sur le terrain, a-t-elle promis.

Appelée à fixer une nouvelle cible d'embauches nette pour le 31 décembre 2022, la mairesse n'a pas voulu se prononcer, afin de ne pas justement créer une situation où il y aurait de l'incompréhension ou de l'interprétation différente.

Mais je tiens vraiment à réitérer que, pour nous, la sécurité des Montréalais et des Montréalais passe par une multitude de mesures, [...] dont l'embauche de policiers et de policières, a-t-elle affirmé.

Valérie Plante debout devant des drapeaux de la Ville de Montréal et du Service de police de la Ville de Montréal.

Valérie Plante admet aujourd'hui que sa cible d'embauches de 250 policiers pour 2023 inclura les départs à la retraite prévus par la Ville de Montréal.

Photo : Radio-Canada / Jérôme Labbé

Valérie Plante avait convié la presse en matinée afin d'annoncer la tenue d'un Forum montréalais pour la lutte contre la violence armée les 26 et 27 janvier prochains. L'objectif est de trouver des solutions pour endiguer la série de fusillades qui secoue la métropole depuis plusieurs mois.

Cette montée de violence, elle n'est pas tolérable, elle ne sera pas tolérée, et jamais on ne va accepter que ce soit acceptable, a déclaré la mairesse.

Une rencontre préparatoire avec différents intervenants doit se tenir lundi et mardi prochains, pour établir les priorités, les défis et les besoins de chacun. La liste des participants au Forum n'a pas encore été dévoilée.

De son côté, l'opposition officielle a présenté son cabinet fantôme en vue du mandat qui s'amorce. Chantal Rossi a été nommée leader de l'opposition officielle. Celle-ci sera secondée par une nouvelle élue, Alba Stella Zúñiga Ramos, conseillère du district de Louis-Riel dans l'arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve.

Ces nominations ont été entérinées par le conseil municipal en tout début de séance, de pair avec plusieurs autres, donc celle de Martine Musau Muele, conseillère du district de Villeray, à titre de présidente du conseil.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !