•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début des contre-interrogatoires dans la contestation de l’élection du PC

Shelly Glover et Heather Stefanson se serrent la main.

Shelly Glover félicite Heather Stefanson lors de l'élection de la nouvelle cheffe du Parti progressiste-conservateur du Manitoba, le 30 octobre 2021.

Photo : La Presse canadienne / John Woods

Radio-Canada

Le président du Parti progressiste-conservateur du Manitoba, Tom Wiebe, a défendu devant le tribunal le processus électoral qui a permis à Heather Stefanson de devenir première ministre, le mois dernier.

Le président du Parti progressiste-conservateur, Tom Wiebe, a déclaré à la cour lundi que la feuille de calcul n'a jamais été destinée à être le décompte final des votes et que les directeurs de campagnes étaient au courant de cette information.

Au cours du contre-interrogatoire de son affidavit, M. Wiebe a défendu le décompte des voix et a affirmé que cette feuille de calcul était strictement destinée à dire qui avait voté.

La candidate perdante de la course à la chefferie du Parti progressiste-conservateur (PC), Shelly Glover, allègue qu’il y avait des irrégularités dans le dépouillement des bulletins de vote et demande à un juge d’ordonner la tenue d’une nouvelle élection.

Mme Glover a reçu 49 % des votes, selon les résultats du dépouillement qui a eu lieu le 30 octobre. Sa rivale a obtenu 51 % des voix.

La candidate défaite affirme que son équipe a reçu, ce matin-là, une feuille de calcul avec un nombre total de votes inférieur à celui annoncé par le parti au terme du dépouillement. Un scrutateur de sa campagne soutient qu’il a vu des urnes ouvertes retirées de la salle où se déroulait le compte des bulletins.

M. Wiebe a ajouté que les votes ont été comptés sur 18 tables et qu'une seule table a fait l'objet d'un recomptage à 2 occasions, mais que tout le monde était d'accord avec le résultat.

Mme Glover, un de ses scrutateurs et deux de ses partisans ont déposé des déclarations sous serment. De son côté, le Parti progressiste-conservateur du Manitoba a déposé des documents qui soutiennent que l’élection était impartiale.

Dans une autre déclaration, un comptable d’une firme qui a participé à la tenue de l’élection indique que les bulletins de vote ont été retirés et placés sous garde dans un véhicule après le dépouillement. Ils ont alors été rapportés dans les bureaux de la firme, selon la déclaration.

Un juge entendra la cause le 10 décembre. Les contre-interrogatoires se poursuivent, mardi.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !