•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Chine promet un milliard de doses de vaccin contre la COVID-19 à l’Afrique

Un médecin administre des vaccins à un dignitaire.

Distribution de vaccins chinois Sinopharm au Sénégal, en février dernier.

Photo : AP / Leo Correa

Agence France-Presse

Le président chinois Xi Jinping a promis lundi un milliard de doses de vaccins anti-COVID à l'Afrique, sous la forme de dons ou de soutien à la production locale, afin de combler le « vide vaccinal » qu'accuse le continent.

Le chef de l'État chinois a aussi annoncé des dizaines de projets sur le continent dans les domaines de la santé, mais aussi du numérique et de la sécurité, ainsi qu'une annulation de dette et la réaffectation aux pays africains de 10 milliards de dollars américains provenant du Fonds monétaire international.

Il a fait ces annonces à distance lors d'un Forum de coopération sino-africaine (FOCAC) organisé en dehors de Dakar. Trois ans après le précédent rendez-vous à Pékin, ce FOCAC était placé sous le signe des efforts entrepris par les pays africains pour relancer leurs économies durement touchées par la pandémie.

Les organisateurs comptent, pour y parvenir, sur une coopération renforcée avec la Chine. Cette dernière, premier partenaire commercial, a doublé son activisme économique en Afrique d'une diplomatie vaccinale intensive en soutien à des pays notoirement sous-dotés.

« La Chine fournira à l'Afrique un milliard de doses de vaccins supplémentaires, dont 600 millions sous forme de dons et 400 millions sous d'autres formes, comme la mise en place d'unités de production de vaccins. »

— Une citation de  Xi Jinping, président chinois

Sur le continent, l'Égypte a entamé la fabrication de vaccins du laboratoire chinois Sinovac.

D'autres projets sont en gestation plus ou moins avancée en Afrique du Sud ou au Sénégal. La Chine a par ailleurs livré plus de 160 millions de doses de vaccins à l'Afrique, a dit le vice-ministre chinois du Commerce Ren Hongbin, dont une bonne part sous la forme de dons.

« Combler le fossé vaccinal »

Un soldat reçoit une dose de vaccin.

Le gouvernement chinois entend contribuer à combler l'écart de vaccination entre les pays d'Afrique et le reste du monde en faisant don de 1 milliard de doses de vaccin contre la COVID-19.

Photo : AP / Leo Correa

Nous devons poursuivre la lutte solidaire contre la COVID. Nous devons accorder la priorité à la protection de nos populations et combler le fossé vaccinal, a dit le président chinois, en référence à l'important retard de vaccination observé en Afrique.

Il a fait écho à une demande largement répandue des dirigeants africains en préconisant la levée des droits de propriété intellectuelle sur les vaccins.

L'engagement chinois participe d'une relation marquée par l'amitié sincère et l'égalité, le bénéfice mutuel et le développement commun, a-t-il dit.

L'Afrique est le théâtre d'une concurrence économique exacerbée entre grandes puissances. Le FOCAC s'est ouvert quelques jours après la tournée en Afrique et au Sénégal du secrétaire d'État Antony Blinken sur fond de rivalité grandissante entre Washington et Pékin.

Les échanges commerciaux entre l'Afrique et la Chine ont représenté 200 milliards de dollars américains en 2019.

À travers l'Afrique, la production s'est contractée de 2,4 % en 2020 à cause de la pandémie, qui a aggravé le chômage, les déficits budgétaires et la dette publique, a dit le ministre de l'Économie sénégalais, Amadou Hott.

Mais il a constaté la forte résilience de la coopération Chine-Afrique face au choc. Les investissements directs chinois en Afrique ont repris et se sont chiffrés à 2,5 milliards de dollars américains au cours des neuf premiers mois de 2021, a-t-il déclaré.

Instrumentalisation de la dette africaine?

Une hôtesse au forum.

Le Forum de coopération sino-africaine, organisé en dehors de Dakar, au Sénégal, s'est ouvert lundi.

Photo : Reuters / Cooper Inveen

La Chine fait face au reproche de se servir des dettes contractées par les États africains, notamment pour financer de grandes infrastructures comme les aéroports ou les lignes de trains, afin d'accroître son influence sur des pays incapables ou peinant à honorer leurs engagements. Elle est aussi critiquée pour le déséquilibre des échanges commerciaux, ainsi que pour ses pratiques sociales et environnementales.

Le ministre sénégalais a demandé une relation chinoise avec le continent moins centrée sur la dette et profitant plus aux économies africaines.

On a beaucoup d'investissements en dette, il nous faut plus d'investissements en fonds propres, a-t-il dit. Il a appelé à un soutien chinois à l'industrialisation et à la numérisation des économies africaines. Il a sollicité de la Chine qu'elle réalloue à l'Afrique une partie de ses droits de tirage spéciaux.

Le président chinois a répondu aux invitations et a annoncé l'annulation des dettes liées aux prêts intergouvernementaux arrivant à échéance à la fin de 2021 des pays africains les moins avancés, ainsi que la réallocation à l'Afrique de 10 milliards de dollars de droits de tirage spéciaux.

Il a annoncé non seulement l'envoi en Afrique de 1500 professionnels médicaux, mais aussi des dizaines de projets dans les secteurs de la santé, de l'agriculture, du numérique, du développement vert ou de la sécurité.

Découvrez-vous comment fonctionnent les vaccins contre le SRAS-CoV-2.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !