•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les sols de plus de 1200 champs de pommes de terre de l’Î.-P.-É. sont analysés

Pommes de terre dans un champ.

La découverte de cas de gale verruqueuse dans deux champs de l'île a entraîné une suspension des exportations des pommes de terre insulaires vers le marché américain la semaine dernière.

Photo : Getty Images / branex

L’Agence canadienne d’inspection des aliments en collaboration avec le ministère de l’Agriculture de l’île mène une enquête dans 1271 champs de l’Île-du-Prince-Édouard.

Dans une déclaration, l’agence fédérale explique que les champs font l’objet de restrictions afin de procéder à une analyse des sols et de prévenir la propagation de la gale verruqueuse de la pomme de terre dans la province.

L’enquête permettra de déterminer si d’autres champs de l’île sont contaminés par la galle verruqueuse.

Ce champignon, qui déforme les pommes de terre et réduit leur rendement, a été découvert dans deux champs de l’île en octobre dernier.

Cette découverte a entraîné une suspension des exportations des pommes de terre de l’île vers le marché américain la semaine dernière.

L’enquête se poursuit et l’Agence canadienne d’inspection des aliments continue de prélever des échantillons pour les analyser. L’échantillonnage et l’analyse des sols comportent plusieurs étapes différentes qui prennent du temps, précise l’agence fédérale dans un courriel.

Une pomme de terre avec une excroissance.

Une pomme de terre infectée par la gale verruqueuse.

Photo : Radio-Canada / Contribution : ACIA

Selon l’agence fédérale, les tests dans les champs de l’île permettront au gouvernement canadien d’avoir suffisamment de données pour demander le retour des exportations.

Les données recueillies sont envoyées régulièrement au Service d’inspection de la santé animale et végétale des États-Unis.

Selon l’agence, 22 nouveaux employés ont été engagés pour accélérer l’enquête et les négociations sur la suspension des exportations.

Le ministère provincial de l’Agriculture collabore aussi dans le recrutement du personnel.

Les protocoles en place

Bien que l’enquête soit toujours en cours, l’Agence canadienne d’inspection des aliments assure que les protocoles en place atténuent le risque de propagation de la gale verruqueuse de la pomme de terre dans la province.

L’élimination des terres contaminées et l’utilisation d’un inhibiteur de germination font partie de la liste de mesures.

L’Agence canadienne d’inspection des aliments a également démarré une enquête nationale sur la gale verruqueuse de la pomme de terre pour avoir plus de données sur la santé des sols sur l'ensemble du territoire national.

Heath MacDonald.

Dans son discours à la Chambre des communes, le député fédéral Heath MacDonald a souligné que la suspension des exportations peut générer des conséquences économiques sur le plan national. (Archives)

Photo : CBC

Des réactions à la Chambre des communes

Le député fédéral pour la circonscription de Malpeque, Heath MacDonald, a profité de son premier discours à la Chambre des communes pour aborder la question de la suspension des exportations de pommes de terre de l’île vers les États-Unis, vendredi.

Le député libéral a été élu lors des dernières élections fédérales.

Il a souligné que la suspension des exportations peut générer des conséquences économiques sur le plan national.

« Un déséquilibre dans l’offre de pommes de terre au pays pourrait créer un problème de volatilité du marché. Cela va avoir un impact sur les fermiers canadiens et réduire leur revenu et le prix des produits. C’est un problème national! »

— Une citation de  Heath MacDonald, député libéral

L’industrie de la pomme de terre de l’Île-du-Prince-Édouard génère environ 1,3 milliard de dollars par année.

L'île exporte aux États-Unis plus de 125 millions de dollars de pommes de terre qui sont consommées par environ 9 millions d’Américains chaque année.

Avec des informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !