•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’ouverture du Club Med Québec Charlevoix réjouit et laisse dubitatif

Enseigne extérieure du Club Med en hiver. Il y a de la neige au sol.

Avec un an de retard, le Club Med Québec Charlevoix ouvre ses portes lundi.

Photo : Radio-Canada

À la veille de l'ouverture du Club Med dans Charlevoix, l'industrie touristique locale se montre enthousiaste. Elle en attend des retombées économiques et une grande visibilité. La population, elle, est plus réservée.

C’est une excellente nouvelle d’avoir chez nous une attraction de calibre international, déclare Johanne Côté, la directrice de la Chambre de commerce de Charlevoix.

Selon elle, le Club va faire rayonner la région de Charlevoix au-delà des frontières québécoises, au-delà des frontières canadiennes même.

Le mieux qui peut nous arriver, c’est d’entendre le nom Charlevoix en anglais, en portugais, en espagnol, que Charlevoix devienne une destination connue de l’international.

Une femme entre vue à l'extérieur. Derrière elle se trouvent des chalets d'un marché de Noël.

Johanne Côté est la directrice de la Chambre de commerce de Charlevoix.

Photo : Radio-Canada

La responsable n’est pas dupe pour autant. Elle sait que les retombées économiques pour les membres de sa Chambre seront plus collatérales que directes, en raison du modèle du club.

Celui-là même qui fait en sorte de proposer aux clients tout ce dont ils ont besoin et toutes les activités sur place, de manière à ce qu’ils restent dans l’enceinte de l’établissement. Mais elle veut croire malgré tout aux bénéfices à court, moyen et long terme.

Six nouvelles inscriptions à l'école maternelle

Le maire de Petite-Rivière-Saint-François, Jean-Guy Bouchard, est de ceux qui voient d’un bon œil l’arrivée du groupe dans la région. Sa petite municipalité compte moins d’un millier d’habitants. Et il espère qu’un Club Med à proximité en convaincra plus d’un de s’y établir. Les chiffres le rendent optimiste.

On a un nombre record de permis de construire : 100 permis, ça ne s’est jamais vu. Et on a aussi, cette année, six nouvelles inscriptions à la maternelle. Des gens qui restent chez nous, c’est ce qu’on souhaite.

L’élu l’admet, les commentaires qu’inspire cette nouvelle offre touristique ne sont pas tous positifs.

Les gens sont heureux, mais ils nous disent que ça leur fait peur en même temps. Tsé, les projets de développement, ça dérange en même temps. Pis quand on ne fait rien, ça dérange aussi.

Un homme en entrevue à l'extérieur. On voit le fleuve derrière lui.

Jean-Guy Bouchard est le maire de Petite-Rivière-Saint-François. Il a été réélu en novembre dernier.

Photo : Radio-Canada

Celles et ceux qui vivent à Baie-Saint-Paul ne cachent pas leurs appréhensions. Vincent Tremblay, par exemple, craint de devoir payer plus d’impôts.

Ça va changer peut-être sur les taxes et comment on va payer pour notre style de vie. Je ne veux pas plus payer pour avoir des gens qui vont venir chez nous en profiter.

Jean Larocque, lui, avoue redouter le changement, voir des écosystèmes bouleversés, voir certains bouts de village relégués à l’abandon. Mais il attend de voir. On va laisser la chance au coureur. Il faut, on n'a pas le choix.

L’ouverture du Club Med Québec Charlevoix accuse un an de retard. Il devient officiellement accessible à compter de lundi.

Avec les informations de Colin Côté-Paulette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !