•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Santé publique Ottawa « conseille » aux voyageurs de huit pays africains de s’isoler

La Dre Vera Etches, médecin-chef de Santé publique Ottawa, fait le point sur le premier cas confirmé de COVID-19 à Ottawa le 11 mars 2020.

Vera Etches est devenue en avril 2018 la première femme médecin-chef de SPO (archives).

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Après la découverte de deux cas du variant Omicron dans la capitale nationale, Santé publique Ottawa (SPO) « conseille », aux voyageurs qui ont visité certains pays africains dans les 14 jours avant leur arrivée à Ottawa de s’isoler, afin de réduire la transmission.

Par prudence, Santé publique Ottawa élargit également cette recommandation aux membres des familles de ces voyageurs, même s’ils sont complètement vaccinés, a précisé la médecin-chef en santé publique de Santé publique Ottawa, la Dre Vera Etches, dans une déclaration écrite transmise dimanche soir.

Les huit pays concernés :

  • Nigeria
  • Afrique du Sud
  • Mozambique
  • Botswana
  • Zimbabwe
  • Lesotho
  • Eswatini
  • Namibie

La Dre Vera Etches recommande également à ces voyageurs de se soumettre à un test de dépistage afin de vérifier s’ils n’ont pas contracté le virus.

À l’ensemble de la population, la médecin chef a dit comprendre que ces informations peuvent être préoccupantes pour certaines personnes. Elle a invité les citoyens à poser leurs questions en communiquant par courriel ou par téléphone avec les membres de l’équipe de Santé publique Ottawa.

Elle a aussi tenu à prévenir que les cas quotidiens pourraient augmenter au cours de la prochaine semaine en raison de la propagation de ce variant qui a été détecté pour la première fois, le 9 novembre, en Afrique du Sud.

Il est important de se rappeler qu'il ne s'agit pas d'un nouveau virus et que les mesures de santé publique que nous pratiquons permettront de réduire la propagation du variant Omicron.

On en sait encore peu sur le variant

Vendredi, le gouvernement fédéral a choisi de bloquer l’entrée des voyageurs provenant de 7 pays d’Afrique. Le lendemain, le variant a été détecté dans certains pays d’Europe avant que l’Israël décide de fermer ses frontières.

Pour le moment, la communauté scientifique essaie de décortiquer ce nouveau variant le plus rapidement possible, d’autant plus que Omicron sème une vague d’inquiétude aux quatre coins de la planète.

Un médecin sud-africain qui a traité une trentaine de patients COVID contaminés par le nouveau variant Omicron dit n'avoir constaté, pour l'instant, que des convalescences sans hospitalisation.

À Ottawa, des experts locaux en matière de santé affirment qu’il reste beaucoup à apprendre.

En attendant d’en savoir davantage, le spécialiste en maladies infectieuses au Centre des sciences de la santé de Kingston, le Dr Gerard Evans, a tenu à faire un rappel aux citoyens : On a la preuve que les masques, le lavage des mains et la distanciation physique fonctionnent. Et, bien sûr, si vous n’êtes pas vaccinés, allez-y.

De son côté, le médecin spécialisé en soins intensifs et palliatifs à Ottawa, le Dr Kwadwo Kyeremanteng, refuse de s’emporter. Avant qu’on en apprenne davantage, je ne vois pas pourquoi il faudrait peser sur le bouton panique.

Il a néanmoins convenu que lorsque vous détectez de nouveaux variants, ils sont généralement présents dans le monde entier, et je pense que nous en avons la preuve.

Le Dr Kwadwo Kyeremanteng, les bras croisés, avec un regard très sérieux.

Le médecin spécialisé en soins intensifs et palliatifs à Ottawa, le Dr Kwadwo Kyeremanteng

Photo : CBC/Toni Choueiri

Des conséquences sur le tourisme

Dans la mesure où les autorités sanitaires canadiennes optent pour un nouveau confinement ou pour une fermeture des frontières, cela aura certes des conséquences très importantes sur l’industrie touristique du pays.

Le vice-président, Politiques et affaires gouvernementales de l’Association de l'industrie touristique du Canada, Marc Séguin, le sait très bien. Il concède, en toute franchise, que « le timing n’est pas bon ».

L’industrie du tourisme au Canada avait une valeur de 105 milliards de dollars. Une immense industrie. À cause de la pandémie, elle a déjà diminué de moitié.

Un nouveau confinement ou la fermeture des frontières ne serait pas une bonne chose pour l’industrie, a-t-il déclaré.

Avec les informations de Nafi Alibert

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !