•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Francothon 2021 a atteint ses objectifs

Panneau gris rattaché à une porte annonçant La Fondation franco albertaine.

Le Francothon est organisé par La Fondation franco-albertaine.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L’édition 2021 du Francothon de l'Alberta a permis d’amasser 313 420 $ à travers 652 donateurs en une semaine. La cible était d’avoir 500 donateurs et récolter 300 000 $ d'ici le 26 novembre.

Les efforts concertés du comité dévoué tout au cours de l’année, de 17 champions qui sollicitaient leurs réseaux, de 20 précieux collaborateurs, d’une émission spéciale d’une heure à La Croisée de Radio-Canada et d’une heure de Facebook en direct ont permis d’atteindre les objectifs fixés, peut-on lire dans le communiqué de la Fondation franco-albertaine.

De son côté, la coordonnatrice du Francothon, Tanya Saumure, est très heureuse des résultats.

La francophonie a bien répondu à l’appel, dit-elle en soulignant l'importance de chercher de nouveaux donateurs, parce que ça fait parler de la francophonie albertaine.

Par ailleurs, un record de dons avait été atteint l’an dernier avec 334 998 $.

La bonne humeur au rendez-vous

Lors de l’événement de vendredi, des entrevues, des capsules sur les nouveaux fonds, un conte de Roger Dallaire ainsi que des champions et téléphonistes étaient au rendez-vous.

Le Francothon s'est déroulé sous le thème : Pour un avenir meilleur, un clin d'œil à la pandémie.

Joël F. Lavoie, directeur général de la Fondation franco-albertaine, est satisfait.

Cette année c’est le fun parce que [...] on est 15-20 , dit-il. C’est plus animé que l’année passée. Avec la pandémie, on n’avait pas Radio-Canada, on était cinq. C’était moi qui étais pogné pour animer. On était dans une petite salle du Conseil de développement économique, c’était l’enfer.

Il ajoute qu’avec la pandémie, la croissance de la Fondation a pris un coup en ce qui concerne le nombre de donateurs, mais que les résultats de cette année apportent de l’espoir.

Nouveaux fonds de dotation

Cette année, deux nouveaux fonds de dotation se sont ajoutés aux quelque 120 existants.

D’abord, le Fonds de la famille Louise-et-André-Piquette.

En octobre 2021, un fonds in memoriam a été créé en l’honneur de Louise Piquette, une artiste visuelle. L’objectif du fonds est d’attribuer annuellement des bourses Louise-Piquette aux étudiants inscrits à un programme postsecondaire en art visuel au Canada.

La famille a même vendu des œuvres d’art pour financer ce fonds.

Ensuite, un second fond a été créé par la Fondation communautaire d’Edmonton pour soutenir des initiatives visant à répondre à des priorités spécifiques ou à de nouveaux besoins des membres de la communauté noire de la ville. Cette idée a germé dans la foulée du mouvement « La vie des Noir.e.s compte » l’an dernier.

Goût aigre-doux

Malgré le succès de l’événement, Joël F. Lavoie note une certaine déception.

Il souligne entre autres le manque de contribution venant des régions de l'Alberta, notamment lié à l’impossibilité de faire des événements à travers la province en raison de la pandémie.

Il précise aussi que, bien que les objectifs aient été atteints, la croissance est un peu en dessous de celle espérée.

Il souhaite prendre l'expérience acquise cette année pour aller chercher plus de donateurs en région.

Évidemment, il espère aussi pouvoir revoir des événements avec des salles remplies comme avant la pandémie.

Il estime qu'être en présentiel apporte un sentiment de confiance aux gens qui sont plus susceptibles de faire des dons.

Il précise également que les événements étaient l'occasion pour la Fondation de redonner. Avant la pandémie, les bourses, les chèques aux organisations, et autres formes de donations y étaient distribués, explique-t-il. Ce n’était pas juste une collecte de fonds, mais aussi un événement ou la Fondation redonnait à la communauté, raconte-t-il.

Avec les informations de Julien Latraverse.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !