•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un rassemblement à Winnipeg en faveur des droits des enfants palestiniens

Des gens sont debout dehors en manteau et brandissent des pancartes et un homme tient un drapeau de la Palestine.

Des personnes se sont rassemblées dimanche devant le parc Vimy Ridge à l’avenue Portage, à Winnipeg pour défendre les droits des enfants dans les territoires palestiniens occupés.

Photo : CBC / Justin Fraser

Une trentaine de personnes se sont rassemblées dimanche à Winnipeg avec des pancartes de protestation et des drapeaux palestiniens dans le but d’exhorter le gouvernement canadien à défendre les droits des enfants dans les territoires palestiniens occupés et la bande Gaza. 

L’Association bénévole Mennonite Church Manitoba Palestine and Israel Network (PIN) et Independent Jewish Voices Canada ont initié le rassemblement, qui s’est tenu devant le parc Vimy Ridge.

La présidente de Mennonite Church Manitoba Palestine and Israel Network et organisatrice du rassemblement, Joanna Hiebert Bergen, a voulu unir les gens pour mettre de l’avant les droits de la personne.

De 500 à 700 enfants palestiniens sont accusés par la loi militaire et emprisonnés par le gouvernement israélien chaque année [...] Les trois quarts des détenus sont victimes de violence , indique Mme Hiebert Bergen, en faisant référence aux chiffres publiés par United Network for Peace in Palestine and Israel.

Un ressortissant palestinien présent sur les lieux, Idris Elbakri, témoigne sur le sort des enfants dans une zone où il a lui-même grandi.

Idris Elbakri est dehors au rassemblement. Il porte un manteau.

Idris Elbakri, un membre de la communauté palestinienne à Winnipeg dit avoir été témoin de la situationen Palestine

Photo : CBC / Justin Fraser

« J'ai eu des amis qui sont allés en prison, des camarades de classe qui ont été abattus. Et malheureusement, c'est quelque chose qui affecte presque toutes les familles palestiniennes vivant sous occupation. Il n'y a vraiment pas d'exceptions. »

— Une citation de  Idris Elbakri, Palestinien

Son fils de 12 ans, Abdulghani Elbakri estime qu’il est important de parler à son entourage et ses amis de la situation des Palestiniens en Cisjordanie, à Jérusalem-Est et dans la bande de Gaza.

Il y a quelque chose qui se passe. Même si c’est vraiment loin, si tu peux aider, aide. [...] Je n’ai vraiment pas peur de leur dire [à mes amis] ce qui se passe. On doit s’éduquer tôt ou tard.

Abdulghani Elbakri est dehors au rassemblement. Il porte un manteau.

Abdulghani Elbakri a visité plusieurs fois les territoires palestiniens.

Photo : CBC / Justin Fraser

Ottawa, exhorté d’agir

En 2020, un groupe de défense a déposé une pétition à la Chambre des communes du Canada (la pétition e-2667) pour demander à Ottawa de veiller au respect des droits des enfants palestiniens en désignant un envoyé spécial chargé de promouvoir et de surveiller la situation des droits des enfants palestiniens .

La promotion et la protection des droits de la personne font partie intégrante des efforts déployés par le Canada à l’étranger, et les droits des enfants sont un aspect fondamental de notre politique étrangère. Le Canada plaide fermement pour la cessation de toutes les violations des droits des enfants, en particulier lors de crises humanitaires ou de conflits armés, avait répondu le ministère des Affaires étrangères. 

Selon Joanna Hiebert Bergen, la réponse du gouvernement canadien ne suffit pas.

Joanna Hiebert Bergen est dehors au rassemblement. Elle porte un manteau.

Joanna Hiebert Bergen souhaite que les gens de toutes les nationalités soient « conscients » de la situation dans les territoires occupés et la bande de Gaza.

Photo : CBC / Justin Fraser

Nous voudrions simplement que le Canada demande à [Israël] de défendre les droits des enfants, d’autant plus que les deux pays ont signé la Convention relative aux droits de l’enfant de [l'Organisation des] Nations unies [ONU], ajoute-t-elle.

Le 29 novembre 1947,  l'Assemblée générale de l'Organisation des Nations unies avait adopté le plan de partage de la Palestine en deux États, juif et arabe. Ce vote historique a permis la création d’un État juif et le début d’une période tragique de l’histoire des Palestiniens.

Trente années plus tard, soit le 29 novembre 1977, l’Organisation des Nations unies a adopté la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien pour marquer l’adoption du plan de partage et rappeler la responsabilité internationale pour régler la question palestinienne. 

Avec les informations de Sheila North

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !