•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Variant Omicron : deux cas confirmés à Ottawa

Un homme pousse un chariot à bagages dans un aéroport.

Deux voyageurs revenus du Nigeria à Ottawa sont contaminés par le variant Omicron causant la COVID-19.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Il y a deux cas du variant Omicron, récemment découvert en Afrique du Sud, à Ottawa.

La nouvelle a été confirmée par Santé publique Ontario dimanche après-midi.

L'infection au nouveau variant a été découverte chez des voyageurs qui rentraient du Nigeria. Le communiqué ne précise pas la date de leur retour au pays. Ce sont les premiers cas du variant Omicron confirmés au Canada.

Dans le communiqué, le ministère de la Santé de l'Ontario demande au gouvernement fédéral de prendre les mesures nécessaires pour imposer des tests [de dépistage] aux points d'arrivée pour tous les voyageurs, quelle que soit leur provenance, afin de mieux se protéger contre la propagation de ce nouveau variant.

La Dre Vera Etches, médecin hygiéniste en chef du bureau de santé d'Ottawa, a déclaré dans un communiqué qu'elle suggérait à tous ceux qui ont récemment visité le Nigeria, L'Afrique du Sud, le Mozambique, le Botswana, le Zimbabwe, le Lesotho, Eswatini, et la Namibie et qui sont revenus il y a moins de 14 jours ainsi que les membres de leur foyer de se mettre en quarantaine immédiatement même s'ils sont vaccinés.

De plus, le ministre de la Santé du Canada, Jean-Yves Duclos, a déclaré que cette situation nous démontre l’efficacité de notre système de surveillance. Il est cité dans un communiqué publié en après-midi dimanche.

Au fur et à mesure que la surveillance se poursuit, on peut s’attendre à ce que d’autres cas de ce variant soient découverts au Canada et dans d’autres pays, ajoute-t-il.

Je comprends que ce nouveau variant peut être préoccupant, mais je tiens à rappeler à la population canadienne que la vaccination, de concert avec les mesures de santé publique et de protection personnelle, est efficace pour réduire la transmission de la COVID-19 et de ses variants dans les collectivités, précise M. Duclos.

L'Agence de la santé publique du Canada a aussi émis un communiqué : Les provinces et les territoires, ainsi que le laboratoire national de microbiologie de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC), surveillent les cas de COVID-19 dans le cadre d’une analyse continue des données génomiques au Canada. Cette surveillance, ainsi que celle aux frontières, a permis de confirmer deux cas du variant préoccupant Omicron en Ontario, peut-on y lire.

Les données préliminaires indiqueraient que le variant Omicron serait facilement transmissible, mais les preuves sont encore limitées pour le moment. On recueille des données à l’échelle mondiale de façon continue pour évaluer l’incidence de ce variant sur la gravité de la maladie et sur l’efficacité des vaccins, selon l'Agence de la santé publique du Canada.

Le variant Omicron (B.1.1.529) du nouveau coronavirus a été détecté pour la première fois le 9 novembre. Il est jugé préoccupant parce qu’il présente une trentaine de mutations sur sa protéine S, ce qui est environ le double des mutations observées sur la protéine S du variant Delta.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !