•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Magasinage des Fêtes : des travailleurs essentiels sous pression

Un entrepôt d'Amazon.

Des employés travaillent dans un entrepôt d'Amazon à Brampton, en Ontario. (Archives)

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Radio-Canada

Après le Vendredi fou vient le Cyberlundi, l'occasion pour les consommateurs de faire des aubaines et de commencer leur magasinage des Fêtes. En coulisses, des milliers de travailleurs sont à pied d'œuvre à tous les niveaux de la chaîne d’approvisionnement pour s'assurer que les biens se rendent jusqu'aux clients. Et ils souhaitent qu'on ne les oublie pas, après deux années particulièrement éprouvantes.

Adam Cheeseman travaille dans un centre de distribution à Ajax, à l’est de Toronto. Pour lui et ses collègues, c'est une course contre la montre qui commence maintenant, jusqu'à Noël au moins. C’est une période très tendue.

Mais en réalité, dit-il, cela fait deux ans que les employés d'entrepôt travaillent sans répit. La COVID n’a pas ralenti notre industrie, et a même aggravé les choses. Maintenant tout est plus rapide, les normes de productivité sont plus élevées, on a eu de nombreuses éclosions [de COVID-19], mais notre mandat demeure de mettre les caisses dans le camion et les faire circuler.

« Cela fait deux ans qu’on n’a pas vu la lumière au bout du tunnel et c’est très difficile pour beaucoup d'entre nous. »

— Une citation de  Adam Cheeseman

La chaîne d'approvisionnement a connu bien des perturbations pendant cette crise sanitaire, rappelle Pat Campbell, représentante de l'association Chaîne d'approvisionnement Canada, ce qui accentue aussi la pression sur les travailleurs.

On a entendu parler des taux d’infection dans les entrepôts. Il y a aussi eu les défis pour les camionneurs, les restrictions à la frontière.

À cela s'ajoutent certaines pénuries de personnel et un taux de roulement élevé, et des mesures sanitaires inégales selon les lieux de travail.

Dans nos installations, nous avons négocié pour avoir un représentant en santé et sécurité, note Adam Cheeseman. Mais ailleurs, les standards sont parfois plus bas. D'après ce que j’entends d’amis qui travaillent dans d’autres centres, c’est presque un cauchemar, il n’y a pas souvent de contrôles de sécurité, toujours pas d’accès à des congés de maladie payés.

Adam Cheeseman, assis dans une pièce, en vidéoconférence.

Adam Cheeseman travaille dans un centre de distribution à Ajax.

Photo : Zoom

En ce moment, ajoute Pat Campbell, c'est entre autres le dernier mille de la chaîne d'approvisionnement qui pose des défis, alors que les consommateurs retrouvent leurs habitudes d'achat en personne, en plus du commerce en ligne, qui était prédominant à la même période l’an dernier.

Il y a des problèmes d’inventaires, de stocks, que l’on connaissait déjà sur le plan du commerce en ligne, mais qui se traduisent maintenant par des difficultés à acheminer les produits jusqu’aux commerces de détail. Donc vraiment, cette dernière ligne droite présente ses défis.

Travailleurs de l’ombre

Hassan Mirza, représentant national du syndicat Unifor, appelle donc les consommateurs à garder en tête tous ceux qui travaillent en coulisse.

Surtout pendant cette période, les attentes envers eux sont élevées, mais leurs conditions de travail demeurent les mêmes, soutient-il.

Beaucoup d’entre eux sont des immigrants, qui ne connaissent pas bien leurs droits. Donc imaginez, pour mettre du pain sur la table, les efforts qu’ils doivent fournir et les défis auxquels ils font face.

Pour Pat Campbell, il s’agit peut-être aussi d’adapter certaines habitudes de consommation. Régulièrement, on rappelle aux gens de planifier, de ne pas se présenter la veille de Noël et d'espérer trouver le jouet dernier cri pour leur enfant sur une étagère. C’est la même chose chaque année, mais encore plus cette année. On peut aussi penser à acheter local, à acheter des services pour soutenir des commerces de la communauté.

Pat Campbell, assise devant un mur en brique, à l'intérieur, en vidéoconférence.

Pat Campbell, vice-présidente, initiatives stratégiques à Chaîne d'approvisionnement Canada.

Photo : Zoom

Dans tous les cas, dit-elle, les chaînes d’approvisionnement demeurent résilientes.

Nous sommes là depuis le début de la pandémie, nous avons un travail à faire et nous allons continuer, confirme Adam Cheeseman.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !