•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un détaillant a-t-il fait une erreur de prix? Si oui, l’article pourrait être gratuit

Des gens sont au rayon des viandes.

Walmart Canada est signataire du Code sur la lecture optique des prix. (Archives)

Photo : Reuters / Kamil Krzaczynski

Radio-Canada

Les Canadiens devraient vérifier attentivement leur facture lorsqu'ils passent à la caisse d'un magasin. Détecter des erreurs de facturation permet aux utilisateurs d’obtenir des articles gratuitement ou des rabais supplémentaires en cas d’erreur.

Plus de 7000 magasins de détail au Canada – y compris de nombreuses grandes chaînes – sont signataires du Code sur la lecture optique des prix.

Ce code s'applique aux détaillants participants dans tout le pays, sauf au Québec, où des lois provinciales couvrent les erreurs de prix de détail.

Géré par le Conseil canadien du commerce de détail (CCCD), le Code stipule que lorsque des acheteurs constatent que certains articles sont surfacturés au moment de leur lecture optique à la caisse, ils ont droit à une compensation.

J'adore ça, dit Roxanne Joshua, de Newcastle, en Ontario, qui a appris l'existence du code il y a plus de dix ans. Au fil des ans, elle dit avoir été indemnisée environ 150 fois après avoir repéré des erreurs de prix à la caisse.

C'est génial pour plusieurs raisons, dit-elle. D'abord, évidemment, j'obtiens des articles gratuits ou des articles à prix réduit. Et deuxièmement, cela permet aussi de responsabiliser les magasins.

Comment obtenir un rabais

Le code canadien de vérification de l'exactitude des prix existe depuis près de deux décennies, mais il reste inconnu auprès de nombreux acheteurs. Le code a été créé en 2002 par des organisations de détaillants afin de susciter la confiance des consommateurs au moment où les magasins commençaient à utiliser des dispositifs de lecture optique aux caisses.

Il y avait un certain manque de confiance dans les machines qui lisaient les codes à barres , a déclaré Greg Wilson, directeur des relations gouvernementales du Conseil canadien du commerce de détail en Colombie-Britannique.

Voici comment fonctionne le Code : lorsqu'un client signale au détaillant que le prix d'un article lu optiquement à la caisse est plus élevé que le prix annoncé, les détaillants participants doivent facturer le prix le plus bas.

Par ailleurs, si l'article coûte plus de 10 $, le client bénéficie d'une remise de 10 $. Si l'article coûte moins de 10 $, le client obtient l'article gratuitement.

Lundi, Karen Mellow, de Leamington, en Ontario, a acheté un appareil de diffusion en continu Roku chez Best Buy. Le prix annoncé dans le magasin était de 44,99 $, dit-elle, mais lorsque la caissière a lu le prix de l'article à la caisse, elle lui a demandé 64,99 $.

Par la suite, quand Mme Mellow a signalé l'erreur et mentionné le Code – dont le magasin est signataire –, on lui a facturé le prix le plus bas et elle a obtenu la réduction de 10 $, dit-elle.

Au lieu de 65 $, j'ai payé 35 $, a-t-elle déclaré. [Le Code], pour moi, garantit qu'un détaillant va essayer d'être honnête.

Exclusions

Le Code s'applique aux articles passés sous lecteur optique et dont le prix inférieur est annoncé dans les prospectus, diffusé dans les annonces en ligne ou affiché en magasin, par exemple sur une étagère.

Toutefois, les articles vendus à l'unité ne sont pas couverts par le Code, qui exclut également les articles vendus au poids, les médicaments sur ordonnance et les cosmétiques en vente libre.

Les détaillants participants comprennent de grandes chaînes comme Best Buy, Canadian Tire, Costco, Home Depot, Loblaws, Shoppers Drug Mart, Sobeys, Toys "R" Us et Walmart Canada.

Les participants doivent afficher un panneau à propos du Code à l'entrée du magasin.

Mme Joshua a déclaré qu'elle avait appris l'existence du Code en lisant un blogue en ligne.

Elle a raconté avoir acheté des articles de salle de bains, notamment un robinet et des carreaux, chez Home Depot pour un projet de rénovation. Dans ce cas précis, le prix des huit articles était incorrect, a-t-elle dit. Elle a donc bénéficié d'une remise de 10 $ sur chacun d'eux.

J'ai eu l'impression d'avoir presque gagné à la loterie, a-t-elle déclaré. J'avais maintenant 80 $ de plus en poche.

Mais le processus n'est pas toujours sans faille, prévient-elle. Elle affirme avoir dû insister fortement auprès d'employés à plusieurs reprises parce qu'ils ne connaissaient pas l’existence du Code.

Je pense que si le personnel était un peu plus informé, nous n'aurions pas ce genre de problèmes, a-t-elle dit.

Bien que les nouveaux employés ne soient pas toujours au courant de l'existence du Code, M. Wilson, du Conseil canadien du commerce de détail, a déclaré qu'en général, le système fonctionne bien. En fait, nous recevons un très faible volume de plaintes à ce sujet, a-t-il déclaré.

Les clients qui ont des litiges non résolus en ce qui concerne le Code peuvent avoir recours à la ligne d'appel des plaintes du Code au 1-866-499-4599.

Au Québec

Au Québec, tous les détaillants doivent se conformer à des lois similaires à celles du Code en ce qui a trait à l'exactitude des prix. La province a également édicté des règles pour la plupart des marchandises à prix individuel. Lorsque les clients voient leurs achats surfacturés, le détaillant doit exiger le prix inférieur affiché.

La Politique d'exactitude des prix de l’Office de la protection du consommateur ne s'applique pas aux articles vendus à l'unité, a expliqué M. Wilson, car cette question est couverte par la Loi sur la concurrence du Canada, qui interdit aux détaillants de faire des déclarations fausses ou trompeuses sur le prix d'un produit.

Ainsi, si un détaillant refuse de s'en tenir au prix affiché en vertu de cette loi, le client doit déposer une plainte auprès du Bureau de la concurrence et attendre le résultat d'une enquête.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !