•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Encore trop d’ignorance sur l’utilisation des tests rapides en Saskatchewan

Plan rapproché d'une cartouche qui dévoile le résultat d'un test rapide de dépistage de COVID-19, sur laquelle on dépose un échantillon.

Les tests rapides de dépistage de la COVID-19 sont populaires en Saskatchewan, mais plusieurs personnes ne savent pas quand et comment les utiliser.

Photo : Associated Press / Radovan Stoklasa

Radio-Canada

Les tests rapides et gratuits de dépistage de la COVID-19 ont été populaires au cours des dernières semaines en Saskatchewan, mais plusieurs personnes doivent apprendre à bien les utiliser et à comprendre leur utilité.

Fin octobre, la ruée vers les trousses de test rapide antigénique dans la province était perceptible. 

Dans les principales villes de la Saskatchewan, les files d'attente se sont rapidement formées et les trousses sont parties en un temps record.

Depuis le mois d’octobre 2020 jusqu’au 12 novembre 2021, le gouvernement fédéral a envoyé plus de 6,5 millions de tests d'antigène rapide en Saskatchewan, selon un courriel de l'Agence de sécurité publique de la Saskatchewan (SPSA). 

La Saskatchewan s'attend à recevoir 4 autres millions de tests d'antigène rapide en décembre 2021, selon la Agence de sécurité publique de la Saskatchewan .

Les écoles de la Saskatchewan ont reçu 759 300 tests pour les enfants de moins de 12 ans, et 750 000 tests ont été envoyés aux centres de test et d'évaluation de l’Autorité de la santé de la Saskatchewan pour le grand public.

Plusieurs municipalités et établissements de la province continuent de distribuer les trousses.

Ignorance au sujet des tests 

Même si l’affluence autour du retrait des a diminué, une préoccupation demeure, c’est la façon dont les personnes s'en servent. En effet, plusieurs personnes ne savent pas comment et quand les utiliser.

Heather Isaac et sa famille ont reçu leur trousse, mais ils n’ont jamais utilisé le test, a-t-elle dit. 

Nous n'avons pas encore eu à les utiliser parce que nous n'avons eu aucun symptôme, a déclaré la femme de Martensville au nord de Saskatoon.

Selon la province, cependant, les gens ne devraient utiliser les tests rapides d'antigène que lorsqu'ils sont asymptomatiques, car les tests gratuits ne sont pas un outil de diagnostic de la maladie.

En revanche, les personnes présentant des symptômes du COVID-19 doivent se soumettre à un test PCR aux endroits prévus par la Autorité de la santé de la Saskatchewan ou dans les services au volant de la province. 

En outre, les résultats découlant d’un test rapide ne sont pas non plus acceptés comme preuve d'un test de la COVID-19 négatif pour les résidents non vaccinés. Les personnes doivent se rendre dans un laboratoire privé et payer pour un test antigène rapide ou un test PCR.

La Agence de sécurité publique de la Saskatchewan définit ces tests rapides gratuits comme un outil de dépistage et une couche supplémentaire de protection pour réduire la transmission .

L’épidémiologiste à l’Université de la Saskatchewan, le Dr Nazeem Muhajarine, explique que s’il est mal utilisé, le test rapide peut parfois donner aux utilisateurs un faux sentiment de sécurité.

Vous devez faire le test exactement de la manière dont il est indiqué [...] si vous ne le faites pas, le test n'est pas valide, écrit-il.

Selon lui, un résultat négatif au test ne signifie pas nécessairement que le sujet n’est pas porteur du coronavirus.

Cela peut se produire si le test rapide d'antigène est effectué pendant la période d'incubation, c'est-à-dire le temps entre l'exposition au virus et avant l'apparition des symptômes, indique le Dr Muhajarine.

Pendant cette période, il peut y avoir une quantité insuffisante de protéines virales [antigène] dans le nez ou la gorge. Les protéines virales sont en quantité suffisante environ un à deux jours avant l'apparition des symptômes, précise-t-il.

Une récente étude québécoise en cours de validation scientifique indique une faible sensibilité, donc la capacité à détecter les cas positifs, d'environ 29 % en ce qui concerne les tests rapides chez les participants asymptomatiques.

Avec les informations de Theresa Kliem

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !