•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le débat autour de la 3e dose pour les soignants s’amorce

Plan rapproché sur la main d'une infirmière qui s'apprête à injecter une dose de vaccin dans le bras droit d'une dame âgée.

Des études montrent qu'après six mois, l'efficacité des vaccins anticovid baisse.

Photo : Radio-Canada

Faut-il administrer une troisième dose de vaccin anticovid aux professionnels de la santé? De plus en plus d’experts le suggèrent. À Québec, certains soignants se montrent intéressés par l’idée.

Le Dr Alex Carignan, microbiologiste et infectiologue au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke, est de ceux qui sont pour une troisième dose de vaccin dans le milieu médical. Sur Twitter, il a publié, vendredi, plusieurs messages expliquant pourquoi.

Des données de divers endroits dans le monde ont montré une baisse d’efficacité graduelle [du vaccin] sur une période de six mois, écrit-il, étayant son propos de tableaux et de graphiques extraits de travaux de recherche menés par des scientifiques étrangers.

Une troisième dose contrecarrerait cette diminution de protection. Se poser la question maintenant a du sens aux yeux de plusieurs experts dès lors qu’une partie des travailleurs du réseau de la santé ont été parmi les premiers à se faire vacciner. C’était il y a un an.

Une femme en entrevue dehors sur une aire de stationnement en hiver.

Saint Raïssa, préposée aux bénéficiaires au CHU de Québec

Photo : Radio-Canada

La préposée aux bénéficiaires au CHU de Québec, Saint Raïssa, n’exclut pas l’éventualité d’être piquée dans le bras une troisième fois.

Vu la pandémie qu’on traverse, c’est un moment très, très difficile pour nous tous. Je suis pour la 3e dose pour nous protéger ainsi que pour protéger nos aînés, déclare-t-elle.

Même ouverture d’esprit de la part de Nancy Hogan, la présidente du syndicat interprofessionnel du Centre hospitalier universitaire de Québec qui représente les infirmières, les infirmières auxiliaires et les inhalothérapeutes de l’établissement, soit 4700 employés environ.

Pas dans les projets du gouvernement pour l'instant

On n’est pas contre. Surtout si c’est pour protéger les professionnels en soins. Sur une base volontaire, ça pourrait être un atout. Mais, précise-t-elle : La troisième dose, ce n’est pas notre priorité pour l’instant. On verra quand on sera rendu à cette possibilité-là.

La responsable du syndicat est davantage préoccupée par la pénurie de personnel. Là, il nous manque à peu près 700 professionnels en soins au CHU de Québec. Ça continue de quitter. On a du temps supplémentaire obligatoire énormément. La fin de semaine, c’est vraiment problématique dans nos cinq sites, s’alarme-t-elle.

Une femme en entrevue sur une aire de stationnement en hiver.

Nancy Hogan, présidente du syndicat interprofessionnel du CHU de Québec

Photo : Radio-Canada

Injecter une troisième dose de sérum aux travailleurs de la santé ne figure pas dans les plans du gouvernement présentement. Pour établir son programme de vaccination, le ministère de la Santé et des Services sociaux se fie aux avis du Comité d’immunisation du Québec (CIQ).

À ce jour, le Comité d’immunisation du Québec recommande l’administration d’une dose additionnelle aux personnes immunodéprimées ou dialysées et l’administration d’une dose de rappel aux usagers aînés des Centre d'hébergement et de soins de longue durée et des Ressources intermédiaires et de type familial, aux résidents des RPA et aux personnes de 80 ans et plus vivant dans la communauté. Les personnes âgées de 70 à 79 ans vivant dans la communauté peuvent aussi recevoir une dose de rappel si elles le désirent, nous indique le ministère, avant d’ajouter : Si toutefois le Comité d’immunisation du Québec recommande d’offrir une dose de rappel à d’autres catégories de personnes, le Ministère de la Santé et des Services sociaux ajustera son offre de vaccination en conséquence.

Avec les informations de Colin Côté-Paulette et Pierre-Alexandre Bolduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !