•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fernie et Tofino s’attaquent à l’intimidation de leurs employés sur Facebook

On aperçoit des silhouettes de personnes tenant des téléphones intelligents devant la projection grand format du logo de Facebook.

Les conseillers et employés municipaux de Fernie et Tofino ne se sentent plus en sécurité devant l'intimidation faits à leur endroit sur Facebook.

Photo : Reuters / Dado Ruvic

Radio-Canada

Deux municipalités en Colombie-Britannique ont désactivé les commentaires sur leurs pages officielles de Facebook pour protéger les conseillers et employés municipaux qui constatent que des propos menaçants et intimidants qui leur sont lancés se font de plus en plus en personne.

La Ville de Fernie située dans les Rocheuses empêche ainsi le public de s'exprimer sur sa page Facebook depuis le 1er novembre.

Elle justifie sa décision en citant des comportements inappropriés

La Ville de Tofino sur l’île de Vancouver a fait pareil il y a quelques mois. Dans un courriel à Canadian Broadcasting Corporation , elle parle de harcèlement et de propos intimidants .

Selon le dirigeant principal de l’Administration de Fernie, Michael Boronowski, lorsque des propos exprimés en ligne se tournent vers le monde du réel, les employés ne se sentent plus en sécurité.

« Les choses sont chauffées à blanc sur les réseaux sociaux et tout d’un coup les gens sont en colère envers la communauté […] J’ai dû dire à mes enfants, ''lorsque vous voyez cette voiture qui passe, vous n’allez pas dehors'' ». »

— Une citation de  Michael Boronowski, dirigeant principal de l'Administration de Fernie

La mairesse de Fernie, Ange Qualizza, a demandé à quatre employés de surveiller les commentaires sur la page Facebook de la Ville, mais qu’en fin de compte ce n’était pas un bon moyen d'utiliser l’argent des contribuables.

La Ville propose désormais une plateforme en ligne appelée Let’s Talk Fernie (en anglais) sur laquelle les habitants peuvent donner leurs avis. Tofino a lancé le même modèle appelé Talk Tofino! (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

Il semblerait que les commentaires publiés en ligne soient désormais moins agités. Les gens ne sont pas d’accord sur tout, mais ils sont plus mesurés dans la façon dont ils présentent leurs soucis , explique Bob MacPherson, le dirigeant principal de l’Administration de Tofino.

D'après les informations de Winston Szeto

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !