•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Décès d’une figure marquante de la région : au revoir Paul Rousseau

Paul Rousseau, l'ex-chef des Services français d'Ici Radio-Canada Mauricie-Centre-du-Québec

Paul Rousseau, ancien chef des Services français de Radio-Canada et auteur prolifique (archives).

Photo : Radio-Canada

Un grand artisan de Radio-Canada, Paul Rousseau, est décédé subitement mercredi, à l’âge de 65 ans. ll aura été le maître d'œuvre de la fondation de la nouvelle station de Radio-Canada Mauricie--Centre-du-Québec, à Trois-Rivières, en 2010, en tant que chef des Services français. Il était aussi un auteur de renom. Il avait pris sa retraite en 2011 de la station de Trois-Rivières pour se consacrer à l'écriture et à sa famille.

Natif du secteur Grand-Mère, à Shawinigan, Paul Rousseau - l’homme de lettres - a signé une vingtaine de publications : des livres jeunesse, des romans et des recueils de poésie. En 1990, il a remporté le prix Octave-Crémazie pour son recueil Micro-Textes. Le jury du prix Robert-Cliche lui a aussi décerné une mention spéciale pour son roman Yuppie blues, en 1993.

Paul Rousseau accorde une entrevue à Patrick Masbourian.

Paul Rousseau s'entretient avec Patrick Masbourian pour présenter son premier roman «Yuppie blues», en 1994.

Photo : Radio-Canada

Ses plus récentes parutions étaient les romans Rut rural et Le feu sur la peau, publiés aux Éditions Québec / Amérique, respectivement en 2018 et 2019.

L'un de ses romans antérieurs, Haine-moi!, a d'ailleurs été adapté au cinéma en 2018 sous le titre Ailleurs, du réalisateur Samuel Matteau, dans lequel on retrouvait la vedette québécoise Théodore Pellerin.

Paul Rousseau accordant une entrevue dans un auditorium désert.

Paul Rousseau en entrevue pour parle de l'adaptation cinématographique de son roman «Haine-moi!», en 2017 (archives).

Photo : Radio-Canada

Paul Rousseau, l’homme d’information

Paul Rousseau était une personnalité aux horizons multiples. Après des études en littérature et en pédagogie à Montréal, il s'est tourné vers le journalisme. En parallèle de son prospère parcours d’écrivain, il a connu une longue carrière en information au service de la radio et de la télévision d'État. Il a œuvré dans plusieurs villes canadiennes. Il est notamment passé par Régina, Toronto, Québec, Matane, Chicoutimi, avant de terminer sa carrière chez lui, en Mauricie, à la direction de la station régionale de Radio-Canada.

Paul Rousseau faisant un stand-up devant le quartier général de la police de Regina.

Paul Rousseau alors qu'il était journaliste à Regina, en Saskatchewan, au début des années 1980 (archives).

Photo : Radio-Canada

Il a contribué à l’implantation de ce nouveau centre de production de la société d’État, sur la rue des Forges, au centre-ville de Trois-Rivières, où il a clos ce chapitre de sa vie.

Les témoignages affluent

Plusieurs de ses anciens collègues ont tenu à saluer la contribution de Paul Rousseau. Nancy Sabourin, la directrice de Radio-Canada Mauricie--Centre-du-Québec qui a succédé à Paul Rousseau, parle de lui comme d’un homme visionnaire qui savait faire grandir les employés qu’il embauchait.

Sous des airs de gars timide et réservé, Paul, c’était vraiment quelqu’un qui savait lire les gens. En fait, il voyait en nous des choses que nous-mêmes, on ne voyait pas. Quand il les voyait, il essayait toujours de les développer. Puis, quand il nous donnait sa confiance, bien, c’était pour toujours, se remémore Nancy Sabourin.

Paul Rousseau fait un stand-up devant une plaine avec des chevaux.

Paul Rousseau en couverture journalistique à L'Île-d'Entrée, aux Îles-de-la-Madeleine.

Photo : Radio-Canada

Le réalisateur de Radio-Canada Guylain Côté, visiblement ému, a parlé d’un homme qui a changé son parcours, à qui il doit beaucoup. Il n’était pas le seul à voir Paul Rousseau comme un mentor. C’est aussi le cas de Michel Bherer, le chef d’antenne de l’émission Le fil sur les ondes de Noovo, qui avait été recruté par Paul Rousseau à l’époque pour la station de la société d’État à Trois-Rivières.

« J’étais sans mots sur le coup. Paul, ça a été quelqu’un de marquant dans ma carrière. Paul c’était quelqu’un d’une grande écoute, mais qui savait vraiment se fier à son expérience, à son intuition avant de prendre des décisions. Puis, c’est vraiment ça qui a fait que nos chemins professionnels se sont croisés. Il savait qu’on pouvait mutuellement se faire grandir et se donner des ailes pour aller plus haut », raconte Michel Bherer.

Je me rappellerai toujours, Paul nous disait : ''Il faut savoir débusquer des histoires. Oublie les conférences de presse, ouvre tes antennes.'' Je lui serai toujours éternellement reconnaissante pour ça, souligne pour sa part Carolyne Brochu, responsable des affectations à la salle des nouvelles de Radio-Canada Mauricie--Centre-du-Québec, qui s’est dite bouleversée par la nouvelle du décès.

Paul Rousseau accorde une entrevue à la journaliste Lucie Bergeron.

Paul Rousseau en entrevue dans un salon du livre avec celle qui allait devenir son épouse, Lucie Bergeron (archives).

Photo : Radio-Canada

Paul Rousseau laisse dans le deuil notamment son épouse Lucie Bergeron et ses trois enfants. Il sera inhumé à Chicoutimi. Selon ses volontés, il n’y aura aucune cérémonie.

La grande équipe de Radio-Canada offre ses plus sincères condoléances à la famille pour la perte de cet homme de coeur. Et puisque Paul Rousseau était un grand voyageur, avec des bagages pour voir le monde entier, nous ne pouvons que lui souhaiter : Bon voyage, Paul.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !