•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les sites d’Amazon en Europe ciblés par des actions contre le Vendredi fou

Une affiche sur laquelle on peut lire «Amazon Crime» devant un centre de distribution Amazon.

Des militants ont bloqué plus d'une douzaine de centres de distribution du géant de la vente au détail en ligne Amazon au Royaume-Uni dans ce qu'ils appellent des protestations mondiales coordonnées contre les ventes du Vendredi fou.

Photo : AFP / BEN STANSALL

Agence France-Presse

Des militants anti-Vendredi fou ont ciblé lors de plusieurs actions les sites d'Amazon au Royaume-Uni et ailleurs en Europe pour dénoncer la surconsommation encouragée selon eux par le géant américain de la vente en ligne.

À Londres, entre 20 et 30 membres de l'association Labour Behind the Label (le travail derrière l'étiquette) ont ainsi manifesté vendredi devant le siège de l'entreprise dans le pays, scandant Amazon, Amazon, nous ne sommes pas des robots et appelant à faire payer la firme américaine.

Arrêtez de saccager la planète, Souriez, c'est Black Friday ou encore Arrêtez de voler les salaires des ouvriers, pouvait-on lire sur les pancartes brandies par les manifestants. L'un d'entre eux portait un masque représentant le fondateur d'Amazon, Jeff Bezos.

Le Black Friday est une fête massive pour acheter des choses alors que l'urgence climatique impose au contraire de freiner notre consommation, a dénoncé Anna Bryher, une militante de l'association, jugeant qu'Amazon profite de la situation.

Une mascotte à l'effigie de Jeff Bezos.

Au Royaume-Uni, la fédération représentant les détaillants indépendants (Bira) estime que 85 % des petits commerçants vont boycotter le Vendredi fou.

Photo : AFP / TOLGA AKMEN

« Nous avons laissé des entreprises massives comme Amazon pendant trop longtemps bafouer les droits des travailleurs. »

— Une citation de  Anna Bryher, militante

Amazon, qui a lancé sa campagne promotionnelle jeudi, concentre l'essentiel des attaques contre les offres promotionnelles offertes vendredi par de nombreux commerçants, lançant la saison des achats de Noël.

Make Amazon Pay (Faire payer Amazon), une coalition internationale d'une quarantaine d'organisations, dont Greenpeace et Oxfam, accuse le groupe de Seattle de placer les profits avant le bien-être de ses employés et soutient les salariés souhaitant manifester contre leurs conditions de travail ou se mettre en grève vendredi.

Obsession de la surconsommation

Des militants du mouvement écologiste Extinction Rebellion ont quant à eux organisé des blocages de centres de distribution d'Amazon pour protester contre l'obsession de la surconsommation symbolisée selon eux par le Vendredi fou.

Les 13 sites britanniques visés dès le petit matin par l'organisation représentent, selon elle, plus de la moitié des livraisons du groupe américain dans le pays.

Au centre écossais de Dunfermline, une vingtaine de militants empêchaient les véhicules de rentrer et certains de sortir, a rapporté l'agence Press Association, qui dénombrait en fin de journée 13 arrestations de militants par la police sur trois des sites bloqués.

« Cette action vise à exposer les crimes d'Amazon tout en faisant un exemple d'un système économique plus large conçu pour nous pousser à acheter des choses dont nous n'avons pas besoin à un prix que nous ne pouvons nous permettre. »

— Une citation de  Extrait du communiqué d'Extinction Rebellion

Boycottage du Vendredi fou

Le mouvement écologiste a indiqué cibler également deux sites en Allemagne et aux Pays-Bas, où des militants ont notamment bloqué l'accès à un dépôt d'Amazon à l'aéroport d'Amsterdam.

Les employés d'Amazon sont confrontés aux contrats à court terme, aux longues journées de travail, aux bas salaires et à des pauses toilettes programmées, a dénoncé la branche néerlandaise du groupe sur Twitter. Contacté par l'AFP, Amazon a indiqué travailler pour utiliser son réseau de manière à minimiser les conséquences pour ses clients.

Nous prenons nos responsabilités au sérieux, cela inclut notre engagement pour atteindre la neutralité carbone d'ici à 2040, a souligné un porte-parole du groupe souvent critiqué pour ses pratiques sociales et fiscales.

Il a assuré fournir un environnement de travail sûr et moderne et soutenir des dizaines de milliers de petites entreprises qui vendent sur sa plateforme.

Au Royaume-Uni, la fédération représentant les détaillants indépendants (Bira) estime que 85 % de ces petits commerçants vont boycotter le Vendredi fou.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !