•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec solidaire veut discuter de COVID-19 avec le ministre de la Santé

Vincent Marissal.

Vincent Marissal, de Québec solidaire, sollicite une rencontre de tous les partis d'opposition avec le ministre de la Santé pour discuter de la situation pandémique.

Photo : Radio-Canada

La Presse canadienne

Inquiété par la hausse troublante des cas de COVID-19, Québec solidaire (QS) sollicite une rencontre de tous les partis d'opposition avec le ministre de la Santé, Christian Dubé.

La Presse canadienne a obtenu vendredi une lettre du porte-parole de QS en matière de santé, Vincent Marissal, adressée au ministre. Le député de QS est même prêt s'il le faut à participer à une intervention commune de tous les représentants des partis pour passer un message fort.

Les grands rassemblements des Fêtes s'en viennent, mais on ne peut pas faire comme si la bibitte – le virus – allait partir, a-t-il soutenu, car elle a une force de nuisance et de mutation extraordinaire, selon ses mots.

Sans vouloir être alarmiste, moi ça fait plusieurs jours que je suis interloqué par le décalage entre le discours ambiant et le discours du gouvernement, selon lequel tout va bien, on nage dans l'argent, on va ramener les Nordiques, puis d'un autre côté, on voit la vague qui s'en vient de l'Europe, a-t-il écrit.

Considérant l'arrivée du nouveau variant Omicron, il réclame une rencontre d'urgence avec le ministre et les experts de la santé publique, comme c'était le cas dans les vagues précédentes, afin d'obtenir des réponses sur la modélisation de l'augmentation des cas.

Vincent Marissal demande aussi des éclaircissements sur l'administration de la troisième dose. Il s'inquiète en effet du rythme de la vaccination des personnes âgées de plus de 70 ans admissibles à la troisième dose.

M. Marissal a prévenu ses collègues des autres partis d'opposition de sa démarche.

Malgré nos débats politiques, on est aussi là pour travailler ensemble, a-t-il plaidé. C'est vraiment un message d'ouverture, mais c'est un message aussi de responsabilité.

Des relais pour la population

Mais pourquoi est-ce important de rencontrer le ministre de la Santé, alors que celui-ci et le gouvernement dans son ensemble ont le dernier mot et prennent donc les décisions en dernier recours?

On est aussi des acteurs positifs, des relais essentiels pour la population, a expliqué M. Marissal, en ajoutant que les bureaux de circonscription et le personnel des élus dans les circonscriptions sont des capteurs qui recueillent des informations et des questions de la part de la population.

Selon M. Marissal, cette rencontre d'urgence est indispensable pour assurer une meilleure transparence dans la gestion de la pandémie.

Vendredi, le Québec a enregistré 1037 nouveaux cas de COVID-19 et la tendance est à la hausse depuis plusieurs semaines. Une flambée de cas est par ailleurs observable en Europe.

À long terme, le député de QS voit aussi dans cette éventuelle rencontre une occasion de faire le point avec les experts de la santé publique sur l'évolution de cette pandémie.

On semble vouloir se diriger vers ce que d'autres pays appellent vivre avec le coronavirus, et probablement qu’on n'aura pas le choix de passer par là, mais vivre avec, quand il y a quand même autant de cas et d'hospitalisations? Je pense que c'est un bon moment de faire le point avant Noël, affirme-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !