•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La deuxième vie de la Classique de hockey des écoles secondaires

« On voulait avoir un tournoi, on ne voulait pas passer deux ans sans tournoi. »

Gardienne de but regardant son gant.

Mia LeBlanc, s'assure que la rondelle est bien dans son gant, après un arrêt. Son équipe, les Vedettes de Mathieu-Martin de Dieppe, a gagné par la marque de 5 à 0 sur les Cavalière de Clément-Cormier de Bouctouche, lors d'une partie disputée vendredi après-midi à la Classique de hockey des écoles secondaires.

Photo : Radio-Canada / Ian Bonnell

Après une pause forcée d'un an pour cause de pandémie, la Classique de hockey des écoles secondaires est de retour. Mais, cette relance se fait au prix d'un travail immense.

David Melanson est président de la 46e édition du tournoi. Cette année est très différente des autres auxquelles il a participé.

Homme aux cheveux blancs écrivant sur un tableau.

David Melanson, au travail, lors de la 46e Classique de hockey des écoles secondaires de hockey à Dieppe.

Photo : Radio-Canada / Ian Bonnell

On a 18 équipes, lance M. Melanson, mais notre groupe a travaillé plus fort cette année que lorsqu'on accueillait 45 équipes. Je crois que j'ai un plan A jusqu'à un plan Z.

Bénévole depuis 1999, il a été élu président de la Classique en 2005. Pour la première fois, le tournoi se tient à l'UNIplex de Dieppe, au lieu des arénas de Moncton.

Mais ce déménagement est loin d'avoir été la plus grande somme de travail.

La Santé publique du Nouveau-Brunswick exige des protocoles stricts. Les spectateurs doivent porter les masques en tout temps, comme le personnel sur le banc. On utilise aussi des plexiglas pour les vendeurs de billets et on doit prévoir les possibles éclosions de COVID-19.

Gens assis portant un masque.

Tous les partisans doivent porter le masque lors des matchs.

Photo : Radio-Canada / Ian Bonnell

On oublie aussi les traditionnelles poignées de main entre les équipes après les matchs.

La surveillance de ces protocoles incombe aux organisateurs.

Mais, malgré ces tracas, c'est bien parti.

« Oui, je suis vraiment heureux! Car, deux semaines passées, il y avait une possibilité qu'on n'allait pas avoir de tournoi. »

— Une citation de  David Melanson

Un tournoi important

Joueuses de hockey formant un cerclant autour du but de hockey.

Les Patriotes de la Polyvalente Louis-J. Robichaud font un petit caucus avant un match de la 46e Classique de hockey des éccoles secondaires de Dieppe.

Photo : Normand Léger

La Classique regroupe 6 équipes féminines et 12 masculines, toutes du Nouveau-Brunswick. Les écoles hors de la province ont préféré passer leur tour cette année, en raison de l'incertitude à la suite d'éclosions dans le sud-est du Nouveau-Brunswick.

Mais, peu importe, les participants n'allaient pas rater l'occasion de jouer ici, car c'est un incontournable et une tradition.

Hockeyeurs regroupés sur la glace.

Les Acadiens de Louis-Mailloux, de Caraquet, célèbrent leur victoire contre Sussex.

Photo : Radio-Canada / Ian Bonnell

Ça nous fait du bien, souligne William Albert, capitaine des Acadiens de la Polyvalente Louis-Mailloux. C'est bon pour le moral. L'an passé, je n’ai eu aucun tournoi.

Les athlètes scolaires avaient protesté, le mois dernier, contre le fait que les restrictions auraient été plus sévères pour eux que pour les autres sportifs de la province. Ce deux poids deux mesures, les avaient choqués.

Il y a des spectateurs pour le tournoi, ce qui réjouit l'entraîneur des Acadiens de Louis-Mailloux.

Léonce David

Léonce David, entraîneur de hockey à la polyvalente Louis-Mailloux (archives).

Photo : Gracieuseté

C'est super, déclare Léonce David. C'est grâce aux jeunes qui ont dit "On veut jouer du sport". On est ici, tout le monde est heureux.

Oui, on avait raison de protester, ajoute William Albert, sans tournois, on aurait presque pas joué de parties.

Mais, il y a plus que ça. C'est bon pour le moral de reprendre ces activités.

C'est pas mal le fun, dit pour sa part Raphaël Fournier, capitaine des Rebelles de l'École secondaire Népisiguit. C'est ma dernière année de hockey et je suis très content qu'ils ont pu organiser une tournoi cette année.

La 46e Classique se poursuit toute la fin de semaine. Les finales auront lieu dimanche.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !