•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Conduite avec les capacités affaiblies : la SQ intensifie ses interventions

Une autopatrouille de la SQ devant un paysage hivernal

Une autopatrouille de la SQ devant un paysage hivernal (archives)

Photo : Sûreté du Québec/Olivier Leclerc

Avec le temps des Fêtes qui approche à grands pas, la Sûreté du Québec intensifiera ses interventions sur les routes de l’Abitibi-Témiscamingue jusqu’au 3 janvier prochain.

L’ensemble des services de police du Québec, en collaboration avec la Société de l’assurance automobile du Québec, a lancé vendredi l’Opération nationale concertée ciblant la capacité de conduite affaiblie par l’alcool, la drogue ou une combinaison des deux.

Ce qui signifie que les policiers effectueront des points de contrôle afin de faire des dépistages obligatoires qui auront lieu autant de jour, de soir que de nuit, parce que c’est malheureux, mais malgré les campagnes de sensibilisation et la présence policière, il y a encore trop de collisions mortelles ou avec blessés graves qui ont lieu à cause de la conduite avec les capacités affaiblies par l’alcool ou la drogue, explique la sergente Nancy Fournier.

La porte-parole de la Sûreté du Québec prévient les conducteurs qui prennent le volant avec les capacités affaiblies qu’en plus de mettre des vies en danger, ils s’exposent à des sanctions sérieuses prévues par la loi.

Ils s’exposent à une amende minimale de 1000 $, mais également à la suspension de leur permis de conduire ou le droit d’en obtenir un, à la saisie de leur véhicule, à un casier judiciaire et ça peut aller jusqu’à avoir une peine d’emprisonnement, fait-elle valoir.

Prévoir le retour

La sergente Nancy Fournier invite donc les gens à prévoir leur retour avant de partir pour un souper ou une soirée festive.

Prévoyez déjà de quelle façon vous allez revenir à la maison. Il y a plusieurs solutions de rechange existantes, comme d’avoir recours à un conducteur désigné, prendre un taxi ou le transport en commun, ou même d’accepter l'hospitalité d’un proche. Ce qui est important, c’est vraiment de ne pas vous laisser surprendre si finalement vous consommez plus que vous l’aviez prévu au départ, souligne-t-elle.

Chaque année, entre 2015 et 2019, l’alcool au volant a entraîné en moyenne 85 décès et fait 220 blessés graves sur les routes du Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !