•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La vaccination contre la COVID-19 des 5 à 11 ans est entamée a Ottawa

Un enfant reçoit un vaccin.

Plus de la moitié des plages horaires disponibles pour prendre rendez-vous étaient déjà remplies, vendredi avant-midi, à Ottawa (archives).

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

La vaccination contre la COVID-19 des enfants de 5 à 11 ans a débuté, vendredi, à Ottawa, où un peu plus de 1400 jeunes avaient rendez-vous le jour même.

Par ailleurs, plus de la moitié des quelque 60 000 plages horaires rendues disponibles pour les prochains jours ont déjà été remplies, a indiqué Santé publique Ottawa (SPO). Plus précisément, un total de 30 680 rendez-vous avaient été pris à 14 h, vendredi.

À la clinique de vaccination Sportsplex de Nepean, la gestionnaire du programme d’immunisation de Santé publique Ottawa, Danielle Vernooy, a dit avoir constaté une atmosphère excitante.

Les familles et les enfants sont un peu nerveux, mais ils sont aussi excités de recevoir leur vaccin, a-t-elle soutenu, en entrevue, devant le site de vaccination.

Deux adultes et un enfant s'apprêtent à entrer dans un bâtiment.

La vaccination contre la COVID-19 des enfants de 5 à 11 ans a débuté, vendredi, à Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

Un parent accompagnant sa fille de neuf ans, Daniel Shulten, a confirmé son enthousiasme.

C’est notre voie de sortie [de la pandémie]. C’est un grand jour, s’est-il exclamé en anglais.

J’ai un peu peur, mais je suis aussi excitée, a confié sa fille, Annika, en français, avant de recevoir sa première dose de vaccin.

Danielle Vernooy a souligné que le décor des cliniques de vaccination a été revu pour être plus attrayant pour les enfants. Elle a relevé qu’une thématique de super héros a été mise en place et qu’une station d’égoportrait a été installée.

Ça a été occupé, mais rien pour lequel nous ne sommes pas préparés, a-t-elle dit au sujet du déroulement de la journée de vendredi à la clinique située au Sportsplex de Nepean.

En tout, sept cliniques de vaccination communautaires sont accessibles aux parents d’Ottawa qui souhaitent faire vacciner leurs enfants de 5 à 11 ans. Ils peuvent aussi se rendre dans des cliniques de quartier et des cliniques mobiles.

Les sept cliniques communautaires :

  • Piste de curling du Sportsplex de Nepean – 1701, avenue Woodroffe

  • ancienne École intermédiaire St. Patrick’s – 1485, chemin Heron

  • Centre communautaire Rideauview – 4310, promenade Shore Line

  • Université d’Ottawa – Complexe sportif Minto – 801, avenue King Edward

  • École JH Putman – 2051, promenade Bel-Air

  • Centre commémoratif Eva-James – 65, promenade Stonehaven

  • YMCA-YWCA de la famille Ruddy, Orléans – 265, boulevard Centrum

À partir du 2 décembre, Santé publique Ottawa prévoit rendre accessible, suivant un horaire rotatif, 73 cliniques de vaccination temporaires (Nouvelle fenêtre) ouvertes après les heures d'école.

Santé publique Ottawa assure avoir la capacité d’offrir une première dose à chacun des 77 0000 jeunes de cette tranche d’âge avant les Fêtes.

Plusieurs espèrent que la vaccination des enfants admissibles évitera des éclosions de COVID-19 dans les écoles.

Ils n’auront pas besoin de s’inquiéter, tous les jours, si quelqu’un dans leur classe a la COVID-19, a dit Ronald Généreux, un homme accompagnant son petit-fils qui recevait une première dose de vaccin, vendredi.

Deuxième dose : des médecins conseillent huit semaines

Malgré l'impatience de certains, le médecin hygiéniste du Bureau de santé de l’est de l’Ontario (BSEO), Dr Paul Roumeliotis, conseille aux parents d'attendre huit semaines avant que ne soit administrée la seconde dose.

On peut donner la deuxième dose à trois semaines, mais on recommande fortement d’attendre huit semaines, car l'efficacité de la 2e dose sera alors plus élevée, l’immunité va probablement être prolongée et les risques d’effets secondaires vont diminuer, a-t-il indiqué en entrevue.

Même son de cloche du côté de la Dre Carol McConnery, médecin-conseil en maladies infectieuses à la direction de la santé publique de l’Outaouais.

Selon moi, ce devrait être exceptionnel de donner un intervalle de 21 jours entre les deux premières doses, parce ce que ce qu'on sait de l’expérience qu’on a avec les adultes, c’est qu'un intervalle prolongé est plus efficace, plus soutenu, explique-t-elle.

Toutefois, si un parent veut devancer la deuxième dose de son enfant, il peut le faire, indiquent les deux médecins. En Outaouais, il faut alors passer par Clic-Santé (Nouvelle fenêtre).

Avec les informations de Fiona Collienne et Joe Tunney, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !