•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Variant Omicron : l’Ontario avait demandé à Ottawa d’interdire certains vols

Un avion de ligne se pose sur la piste de l'aéroport Genève-Cointrin, en Suisse, le 5 décembre 2017.

Plusieurs pays européens ont suspendu vendredi les vols en provenance d'Afrique australe.

Photo : Reuters / Pierre Albouy

Radio-Canada

Quelques heures avant l'annonce de nouvelles mesures aux frontières canadiennes, le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, avait appelé à l'interdiction « immédiate » des vols en provenance « des pays préoccupants » par la découverte du nouveau variant Omicron en Afrique du Sud.

M. Ford a fait cette demande au sortir d'un breffage avec le médecin hygiéniste en chef de la province, le Dr Kieran Moore, sur ce nouveau variant et dont les premiers rapports suggèrent qu'il pourrait être résistant au vaccin, dit-il.

« J'ai contacté le gouvernement fédéral pour exprimer mon extrême inquiétude quant aux risques qu'il pose et à la nécessité d'agir immédiatement aujourd'hui. »

— Une citation de  Doug Ford, premier ministre de l'Ontario

Le premier ministre de l'Alberta, Jason Kenney, avait également fait une demande similaire à Ottawa dans un tweet vendredi matin.

Quelques heures plus tard, le gouvernement fédéral a annoncé la mise en place de cinq mesures, dont la fermeture des frontières à tous les voyageurs en provenance de la majeure partie des pays de l'Afrique australe.

Certaines mesures répondent aux demandes du premier ministre ontarien.

Ainsi, Doug Ford réclamait le placement en quarantaine des passagers aériens qui atterrissent au Canada avant l'entrée en vigueur d'une éventuelle fermeture.

Le fédéral va plus loin en demandant aux gens qui ont transité par sept pays de l'Afrique australe et qui sont arrivés au Canada depuis 14 jours de se mettre immédiatement en quarantaine et de subir un dépistage de la COVID-19 jusqu’à l’obtention d’un résultat négatif.

D'autres propositions de Doug Ford, ne se trouvent pas au nombre des mesures adoptées. Il proposait notamment que tous les voyageurs arrivant au Canada, peu importe leur provenance, soient testés, y compris les personnes qui arrivent aujourd'hui.

Le premier ministre ontarien Doug Ford et le Dr Kieran Moore, médecin hygiéniste en chef.

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, a participé à un breffage avec le médecin hygiéniste en chef de la province vendredi.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

En plus du Canada, plusieurs pays européens ont décidé vendredi de suspendre les vols en provenance d'Afrique australe, tandis que d'autres pays, comme le Japon, ont plutôt instauré une quarantaine.

Doug Ford avait exprimé son souhait qu'Ottawa agisse dans le même sens jusqu'à ce que nous puissions être certains que les vaccins sont efficaces contre ce nouveau variant.

Il s'agissait selon lui de ne pas répéter les mêmes erreurs qui ont permis aux variants Alpha et Delta d'entrer dans notre pays.

Par ailleurs, le Dr Kieran Moore et la santé publique de l'Ontario doivent coordonner une surveillance étendue de la COVID-19, à la demande de M. Ford.

Le nouveau variant nommé Omicron

Les conseillers de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ont tenu une séance spéciale vendredi à propos du variant, qui doit faire l'objet d'études scientifiques approfondies pour déterminer sa dangerosité.

Désigné variant préoccupant, le nouveau variant est désormais nommé Omicron.

Selon les critères de l'Organisation, un variant est considéré comme préoccupant s'il entre dans au moins un des trois critères suivants :

  • Augmentation de la transmissibilité ou changement préjudiciable dans l'épidémiologie du COVID-19
  • Augmentation de la virulence ou modification de la présentation clinique de la maladie
  • Diminution de l'efficacité des mesures de santé publique et sociales ou des diagnostics et vaccins thérapeutiques disponibles

Source : OMS

« Nous ne savons pas encore grand-chose à ce sujet. Ce que nous savons, c'est que ce variant a un grand nombre de mutations, et le souci est que lorsque vous avez autant de mutations, cela peut avoir un impact sur le comportement du virus. »

— Une citation de  Maria Van Kerkhove, responsable technique de l'Organisation mondiale de la santé sur la COVID-19

L'Organisation mondiale de la santé a d'ores et déjà mis en garde contre toute réaction excessive avant qu'il ne soit mieux compris.

Vendredi, la Belgique et Israël ont notamment déclaré leur premier cas d'infection au nouveau variant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !